Monde

Des distributeurs automatiques détecteurs de mensonge

Slate.fr, mis à jour le 09.06.2011 à 10 h 52

Un immeuble de bureaux de la banque russe Sberbank à Moscou en 2010, REUTERS/Sergei Karpukhin

Un immeuble de bureaux de la banque russe Sberbank à Moscou en 2010, REUTERS/Sergei Karpukhin

Pour remédier aux emprunts non remboursés, qui ont participé au déclenchement de la dernière crise financière mondiale, la Russie a mis au point une solution sortie tout droit des grands classiques de la science-fiction. La plus grande banque de détail du pays teste actuellement un distributeur automatique avec un détecteur de mensonge intégré pour empêcher les clients de demander des prêts qu’ils n’ont pas les moyens de rembourser, rapporte le New York Times dans un passionnant article.

Les consommateurs inconnus de la banque peuvent ainsi parler à la machine pour demander une carte de crédit, sans qu’une intervention humaine ne soit nécessaire. La machine scanne ensuite le passeport, enregistre les empruntes digitales et réalise un scanner en trois dimensions du visage du futur client à des fins de reconnaissance faciale.

Mais surtout, un logiciel d’analyse vocale détermine si la personne répond sans mentir à des questions telles que «Avez-vous un emploi?» ou encore «Avez-vous d’autres emprunts en cours actuellement?», une première mondiale. Le système est censé détecter la nervosité ou l’angoisse en se fondant sur des enregistrements de personnes ayant menti pendant des interrogatoires de police.

La technologie ressemble à un gadget du KGB, et pour cause: le système d’analyse vocale a été développé par le Speech Technology Center, une entreprise qui compte parmi ses gros clients le Service de sécurité fédérale, l’ex-KGB. La banque en question, Sberbank, qui est détenue à majorité par l’Etat russe, projette à terme de déployer l’appareil dans les centres commerciaux et les banques du pays.

Les technologies d’analyse vocale, qui en sont encore souvent au stade de l’expérimentation, ont de nombreuses applications possibles. Ainsi, l’entreprise Midot propose un détecteur de mensonges des salariés en 12 langues, et qui utilisé dans 24 pays par plus de 600 entreprises parmi lesquelles Adecco, Toys'R US, Manpower, Avis, Pepsi, la Brinks, Visa, comme le soulignait le blog Bug Brother en 2009.

En tout, ce sont 800.000 salariés ou chômeurs dont les réponses à des questions comme «combien de fois vous êtes-vous battu, ou avez-vous pris le volant, ivre, l'année passée?» ou «votre compte en banque s'est-il trouvé dans le rouge ces trois dernières années?» ont été analysées par l’appareil.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte