Culture

The Human Centipede 2 interdit en Grande-Bretagne

Temps de lecture : 2 min

Détail de l'affiche du film The Human centipede: first sequence, 2010
Détail de l'affiche du film The Human centipede: first sequence, 2010

The Human Centipede: Full Sequence, aussi connu sous le nom de The Human Centipede 2, du réalisateur néerlandais Tom Six, sera interdit en Grande-Bretagne. C'est ce qu'a décidé lundi 6 juin le BBFC, le British Board of Film Classification, organisme chargé d'évaluer la classification des films et jeux vidéo en Grande-Bretagne, relate The Guardian.

Le premier film, sorti durant l'été 2010, avait été appelé dans les notes de production «film le plus horrible jamais réalisé», sans que cette affirmation soit toutefois vérifiée. Jeannette Catsoulis, dans le New York Times, l'avait simplement décrit comme «un film à voir pour les amateurs de coprophilie et de fessée».

La suite du film dépasse en tout cas les ambitions du premier, à en croire la décision du conseil britannique. Car celle-ci signifie qu'il ne pourra ni sortir en salles, ni être édité et vendu en DVD ou au format numérique en Grande-Bretagne. Cette décision est rare, précise The Guardian: au pire, le conseil peut censurer certains passages du film, en demandant au réalisateur d'en produire un autre montage, comme il l'avait fait en 2010 avec le film Un Film serbe: 49 coupes avaient été effectuées avant sa validation (interdit toutefois aux moins de 18 ans). Seuls 11 films au total ont déjà été bannis depuis la création du BBFC il y a 99 ans.

Le BBFC résume le sujet du film: «Une excitation sexuelle du personnage principal, à la fois à l'idée et au spectacle de la dégradation totale, de l'humiliation, de la mutilation, de la torture et du meurtre de ses victimes nues.»

Tom Six, le réalisateur, a répondu sur le site du magazine Empire:

«Je remercie le BBFC pour avoir mis en ligne sur leur site des spoilers de mon film, et je le remercie pour avoir interdit mon film de manière si exceptionnelle. Apparemment j'ai fait un film d'horreur horrifique, mais est-ce que ce n'est pas le but des bons films d'horreur? Cher public, c'est un putain de FILM. Tout est fictionnel. Non réel. C'est du faux-semblant. C'est de l'art. Laissez au moins aux gens le choix d'aller le voir ou non. Si les gens ne peuvent supporter ou n'aiment pas mes films, ils ne vont pas les voir. Si les gens les apprécient, ils devraient pouvoir avoir le choix de les voir n'importe quand, n'importe où, y compris en Grande-Bretagne.»

Voici le teaser du film, présenté par son réalisateur Tom Six:

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.