Première trace écrite de l'antisémitisme d'Hitler

Adolf Hitler au début des années 1920. Wikimedia Commons/Domaine Public

Le centre Simon Wiesenthal a annoncé mardi 7 juin 2011 qu'il avait acquis une lettre d'Adolf Hitler datant de 1919, qui serait la trace écrite la plus ancienne de son antisémitisme, relate le site de la BBC.

Certains passages suggèrent que Hitler croyait déjà que les Juifs n'avaient pas leur place dans la société allemande, vingt ans avant l'Holocauste. Voici ce qu'Hitler aurait écrit:

«Pour commencer, le judaïsme est définitivement quelque chose de racial, et pas un groupe religieux. Le résultat, c'est qu'une race non allemande vit avec nous, une race avec ses propres sentiments, sa propre religion et ses propres désirs, tout en ayant les mêmes droits que nous.»

Ou, plus loin dans la lettre:

«Le but sera, toutefois, de faire disparaître de notre société les Juifs, et ce sans compromis

La lettre de quatre pages, dite «lettre de Gemlich», a été rédigée par Hitler pendant son service militaire. Elle l'a été à la demande d'Adolf Gemlich, qui s'occupait de la propagande antibolchévique à Ulm, raconte Jack Ewing dans le New York Times, qui s'interroge longuement sur la véracité de la lettre bien connue des chercheurs. Deux versions de la lettre existent: l'une est archivée à Munich, aux archives d'État bavaroises. L'autre a fait surface à Los Angeles, où elle a été acquise par le centre Simon Wiesenthal pour 150.000 dollars (plus de 100.000 euros).

Un doute subsiste concernant l'authenticité de la lettre. D'une part à cause de son parcours, car elle aurait été trouvée par un soldat en 1945, vendue au Kansas à un marchand, puis à Joseph Maddalena, président de Profiles in history (qui fait le commerce des objets ayant appartenu à des personnes célèbres), qui l'a rendue publique. D'autre part, parce que la lettre a été tapée à la machine, alors que les machines à écrire étaient encore peu répandues en 1919. Beaucoup d'officines militaires n'en disposaient pas encore, par exemple.

Pour Othmar Plöckinger, un expert des premiers documents concernant Hitler, le document acquis par le centre Simon Wiesenthal est l'original, et la lettre de Munich est une copie faite probablement à la même époque. Il n'est toutefois pas absolument certain de son authenticité.

Le rabbin Marvin Hier, fondateur et directeur du centre Wiesenthal, est, lui, convaincu de l’authenticité de la lettre, qu'il aurait pu acquérir en 1988, lorsque son existence a été rendue publique. Il ne l'avait pas fait justement parce qu'il craignait qu'elle ne soit un faux. Depuis, deux analyses ont été effectuées (en 1988 puis en 1990) par Charles Hamilton Jr., un spécialiste de l'écriture manuscrite qui avait dévoilé en 1983 des contrefaçons de journal intime qui auraient appartenu à Hitler.

Marvin Hier considère la lettre comme «l'un des documents les plus importants jamais acquis par le centre Simon Wiesenthal». Elle sera exposée en permanence au Musée de la tolérance à Los Angeles dès juillet 2011.

Photo: Adolf Hitler au début des années 1920. Wikimedia Commons/Domaine Public
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
LU SUR...
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
Cinq criminels nazis toujours en fuite
À la une de Slate »
LU,VU&ENTENDU
Publié le 08/06/2011
Mis à jour le 08/06/2011 à 15h28