Monde

Il se déguise de 170 façons différentes pour embêter son fils

Temps de lecture : 2 min

capture d'écran du blog Wave at the bus
capture d'écran du blog Wave at the bus

Comme de nombreux pères, Dale Price amène son fils de 16 ans tous les matins à l’arrêt de bus, explique le Daily Telegraph.

Mais, pendant 170 jours, une fois qu'il l'avait déposé, il rentrait à toute vitesse chez lui pour lui faire coucou depuis le parvis de la maison. Normal? Sauf que, chaque jour, il était déguisé, différemment qui plus est.

Sirène, mariée, pirate

Son fils, Rain, l'a donc vu habillé en sirène, en mariée ou encore en pirate. Dale Price explique qu’il ne disposait que de quatre minutes tous les matins pour rentrer chez lui et s’habiller car il voulait laisser la surprise du costume chaque jour à son fils. Sa femme, Rochelle, l'a aidé à chaque fois. Il raconte:

«Elle [ma femme] est la magie [qui se trouve] derrière. Je vais juste là-bas et je vais m’habiller.»

Sa femme a alors photographié chaque déguisement et a publié les photos sur Facebook pour que sa famille et ses amis puissent les voir. La famille a aussi ouvert un blog, Wave at the Bus.

Dale Price a déclaré à ABC news que son costume préféré a été celui qu’il a porté le 167e jour: installé sur une cuvette de toilettes en lisant un journal, toujours sur le parvis de sa maison.

Son fils explique:

«Au début, c'était choquant et humiliant. Mais après, c’est devenu drôle de voir mon père habillé [comme cela], comme le pitre qu’il est.»

Afin de minimiser les dépenses, la famille a demandé aux voisins de prêter les costumes et les accessoires dont ils disposaient chez eux. Dale explique que le lendemain «il y avait des boîtes de costume tout autour de la maison».

Ainsi, les dépenses effectuées pour les 170 costumes n’ont pas dépassé 50 dollars (34 euros) en tout et pour tout. Son dernier costume a été celui d’un pirate, un clin d’œil à la prothèse qu’il porte à la jambe. Il raconte:

«Je voulais finir par un [déguisement de] pirate. C’est comme cela que je voudrais que les enfants me voient, comme un pirate.»

Le père déclare:

«C’est une façon de faire comprendre [à mon fils] que nous nous soucions vraiment de lui, mais en le faisant d’une façon un peu différente. C’est une façon pour un père de [dire je t’aime].»

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters