Monde

Un réseau de prostitution au sein de l'armée russe?

Temps de lecture : 2 min

Des appelés russes à Stavropol, REUTERS/Eduard Korniyenko
Des appelés russes à Stavropol, REUTERS/Eduard Korniyenko

Les forces militaires russes sont en train de mener une enquête sur des allégations de prostitution de certains soldats par leurs supérieurs à Saint-Pétersbourg, apprend-on sur BBC News.

Le groupe humanitaire des Mères des Soldats affirme que certains jeunes membres de l’armée ont été forcés à vendre des services sexuels à un «réseau de clients» pétersbourgeois prêts à rémunérer des relations intimes avec les militaires.

Les Mères de Soldats disent avoir été contactées par un jeune homme de 20 ans, forcé par les autres soldats à leur «ramener de l’argent», rapporte l’agence Associated Press.

Les abus auraient eu lieu au sein de l’unité 3727 des troupes russes, située près du célèbre musée de l’Ermitage. Ce n’est pas la première fois que cette unité fait l’objet de telles accusations: en 2005, un autre soldat avait raconté une histoire similaire.

Les violences dans l’armée russe font polémique depuis plusieurs années: l’année dernière, un soldat avait dû se faire amputer les jambes après avoir été tabassé par ses collègues.

Malgré une enquête en cours, le ministère de l’Intérieur russe nie les allégations faites par les Mères de Soldats.

Newsletters

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Deux autres fêtards sont dans le coma.

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

Les médias internationaux ont eu la bonne idée de tendre l'oreille. Et tout à coup, le mythe d'un doux universalisme français s'est effondré.

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Newsletters