Monde

Un réseau de prostitution au sein de l'armée russe?

Temps de lecture : 2 min

Des appelés russes à Stavropol, REUTERS/Eduard Korniyenko
Des appelés russes à Stavropol, REUTERS/Eduard Korniyenko

Les forces militaires russes sont en train de mener une enquête sur des allégations de prostitution de certains soldats par leurs supérieurs à Saint-Pétersbourg, apprend-on sur BBC News.

Le groupe humanitaire des Mères des Soldats affirme que certains jeunes membres de l’armée ont été forcés à vendre des services sexuels à un «réseau de clients» pétersbourgeois prêts à rémunérer des relations intimes avec les militaires.

Les Mères de Soldats disent avoir été contactées par un jeune homme de 20 ans, forcé par les autres soldats à leur «ramener de l’argent», rapporte l’agence Associated Press.

Les abus auraient eu lieu au sein de l’unité 3727 des troupes russes, située près du célèbre musée de l’Ermitage. Ce n’est pas la première fois que cette unité fait l’objet de telles accusations: en 2005, un autre soldat avait raconté une histoire similaire.

Les violences dans l’armée russe font polémique depuis plusieurs années: l’année dernière, un soldat avait dû se faire amputer les jambes après avoir été tabassé par ses collègues.

Malgré une enquête en cours, le ministère de l’Intérieur russe nie les allégations faites par les Mères de Soldats.

Slate.fr

Newsletters

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

Paris et Ankara dans un bras de fer sur le Kurdistan syrien

La tension est montée d’un cran entre Ankara et Paris, à l’ombre du déploiement de forces spéciales françaises dans le Rojava et de l’appui diplomatique peu équivoque au projet d’autonomie territoriale kurde en Syrie.

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

En Ouganda, une pénurie de médicaments met en danger les personnes séropositives (mais pas seulement)

Depuis le début de l'année, le pays n'est plus approvisionné en Septrin, un traitement antirétroviral administré notamment aux personnes atteintes du Sida.

Newsletters