Monde

Le président yéménite légèrement blessé au cours d'une attaque sur son palais

Temps de lecture : 2 min

Ali Abdullah Saleh en 2004. Presidential Press and Information Office via Wikimedia Commons
Ali Abdullah Saleh en 2004. Presidential Press and Information Office via Wikimedia Commons

La confusion règne à Sanaa, la capitale du Yémen, après que le président Ali Abdullah Saleh a été légèrement blessé lors d'une attaque menée par l'opposition sur son palais présidentiel vendredi 3 juin, a rapporté le New York Times.

Selon son porte-parole, Abdel al-Jandi, le président Saleh se trouvait dans la mosquée située au sein du complexe présidentiel lorsque plusieurs explosions ont retenti peu après midi, au moment de la prière. A l’extérieur du palais, avait lieu au même moment un rassemblement massif de partisans du chef d'Etat. Un autre porte-parole, Mohammed al-Basha, a déclaré via Twitter que plusieurs membres du gouvernement avaient été blessés.

Les témoignages divergent au sujet du type d'armement employé. Il pourrait s'agir de roquettes ou de tirs d'artillerie dont l’origine n’a pu être clairement établie. L’attaque a été suivie d'intenses échanges de tirs dans le sud de la capitale où se situe le palais présidentiel. L’armée régulière, aux ordres de Saleh, a notamment riposté en attaquant la résidence de Hamid al-Ahmar, le principal chef de tribu opposé au pouvoir. Depuis dix jours, Sanaa vit au rythme des combats entre fidèles à al-Ahmar et forces gouvernementales.

Ali Abdullah Saleh devait s’exprimer dans l'après-midi à la télévision nationale pour montrer au pays son bon état de santé et dissiper les rumeurs le disant grièvement blessé, voire mort. Le président yéménite fait face depuis mars 2011 à une révolte grandissante mais s'accroche au pouvoir malgré les pressions internationales.

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters