Life

La 3D au cinéma passe-t-elle de mode?

Slate.fr, mis à jour le 03.06.2011 à 11 h 27

Lunettes 3D, zigazou76 via Flickr, CC-Licence-by

Lunettes 3D, zigazou76 via Flickr, CC-Licence-by

Les films en 3D sont en train de passer de mode aux États-Unis, relate le New York Times dans un article du 30 mai 2011. Il prend comme exemple les chiffres du dernier Pirates des Caraïbes. En effet, alors que d'habitude environ 60% des ventes de tickets se faisaient pour le film dans sa version 3D, ce chiffre descend à 47%.

«Un seul film ne fait pas la règle», précise le journal. Mais Kung Fu Panda 2, sorti le 26 mai 2011 aux États-Unis (soit pendant le week-end allongé du Memorial Day), n'a pas rapporté autant que le pensaient les investisseurs. Seuls 45% de son chiffre d'affaires s'est fait sur la 3D, selon Paramount.

Plusieurs raisons expliquent cette baisse: d'une part, pour les spectateurs américains, l'aspect de nouveauté qu'apportait la 3D (avec par exemple Avatar, de James Cameron, ou Alice au pays des Merveilles, de Tim Burton) commence à diminuer. D'autre part, les spectateurs se sont rendu compte que plusieurs réalisateurs ou compagnies cherchaient simplement à se faire plus d'argent en sortant le film en 3D. Pour le président d'Imax Filmed Entertainment (qui conçoit et construit des caméras et projecteurs, et gère la distribution des films tournés en Imax), Greg Foster, «les spectateurs sont très intelligents. Quand ils sentent que quelque chose veut être plus que ce qu'il n'est, ils s'en rendent compte très vite».

Pour le New York Times et le Business Insider, si la technologie continue à se développer c'est parce qu'à l'international elle rapporte encore beaucoup d'argent. Pirates des Caraïbes: La Fontaine de jouvence a ainsi rapporté près de 256 millions de dollars (plus de 176 millions d'euros) lors de son premier week-end de projection. En Europe ou en Asie, la 3D est arrivée avec du retard, et reste encore une nouveauté attrayante.

Alors que de multiples suites de film sont prévues pour cet été, le public, selon le Business Insider, se tourne vers les films moins chers et en 2D, comme le récent Very Bad Trip 2.

Pour Rich Greenfield, analyste sur BTIG Research (inscription requise), il faut que les compagnies fassent moins de films 3D, ou seulement quand c'est vraiment nécessaire. Ces compagnies devraient aussi limiter les projections 3D, et se focaliser sur la 3D pour les écrans Imax, qui sont réellement en expansion.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte