Monde

Deux hommes cartographient 20.000 arbres à Central Park

Temps de lecture : 2 min

Personne ne leur avait rien demandé. Pourtant, Ken Chaya, 55 ans, et Edward Sibley Barnard, 75 ans, ont consacré deux ans et demi de leur vie à cartographier 19.933 arbres de Central Park, par simple passion, raconte le New York Times qui est allé à leur rencontre.

Il leur a donc fallu du temps, mais aussi de l’argent: leur projet, qui n’a reçu aucun soutien de la ville de New York ou du Conservatoire de Central Park (l’association à but non lucratif qui s’occupe du parc) leur a coûté, selon eux, presque 40.000 dollars (27.800 euros).

Leur carte répertorie ainsi 174 espèces différentes et représente environ 85% de la végétation du parc de 341 hectares. Recto-verso et même waterproof, elle est vendue 12,95 dollars (9 euros) à l’entrée du parc et sur le site web des deux compères: CentralParkNature.com. Ken Chava et Edward Sibley Barnard , amis depuis les années 1970, auraient déjà vendu, depuis janvier, 1.100 exemplaires des versions poster de leur carte.

Le Conservatoire de Central Park avait déjà réalisé seul trois recensements des espèces d’arbre présents dans le parc, et a même son propre système GPS pour identifier chaque arbre. Douglas Blonsky, le président et gérant du parc, avoue toutefois s’être demandé pourquoi le Conservatoire n’avait pas d’abord pensé à réaliser une telle carte.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Combien de personnes sont tuées par des volcans?

Le Kilauea, à Hawaï, est en éruption depuis plusieurs semaines. Heureusement, il n'a fait aucune victime.

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

L'homme qui a utilisé l'art moderne pour torturer des détenus

Durant la guerre d'Espagne, Alphonse Laurencic a dessiné des cellules de l'enfer à Barcelone: les «checas».

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

De plus en plus de jeunes filles abandonnent l'école au Cachemire

Leurs parents veulent les préserver des violences du conflit qui touche la région.

Newsletters