Monde

Deux hommes cartographient 20.000 arbres à Central Park

Temps de lecture : 2 min

Personne ne leur avait rien demandé. Pourtant, Ken Chaya, 55 ans, et Edward Sibley Barnard, 75 ans, ont consacré deux ans et demi de leur vie à cartographier 19.933 arbres de Central Park, par simple passion, raconte le New York Times qui est allé à leur rencontre.

Il leur a donc fallu du temps, mais aussi de l’argent: leur projet, qui n’a reçu aucun soutien de la ville de New York ou du Conservatoire de Central Park (l’association à but non lucratif qui s’occupe du parc) leur a coûté, selon eux, presque 40.000 dollars (27.800 euros).

Leur carte répertorie ainsi 174 espèces différentes et représente environ 85% de la végétation du parc de 341 hectares. Recto-verso et même waterproof, elle est vendue 12,95 dollars (9 euros) à l’entrée du parc et sur le site web des deux compères: CentralParkNature.com. Ken Chava et Edward Sibley Barnard , amis depuis les années 1970, auraient déjà vendu, depuis janvier, 1.100 exemplaires des versions poster de leur carte.

Le Conservatoire de Central Park avait déjà réalisé seul trois recensements des espèces d’arbre présents dans le parc, et a même son propre système GPS pour identifier chaque arbre. Douglas Blonsky, le président et gérant du parc, avoue toutefois s’être demandé pourquoi le Conservatoire n’avait pas d’abord pensé à réaliser une telle carte.

En savoir plus:

Slate.fr

Newsletters

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel

Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs.

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse

Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey.

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Andrew Yang, le candidat geek qui veut convertir les États-Unis au revenu universel

Il n’est pas le plus connu des Démocrates qui briguent la présidence, mais le businessman est sans doute le plus original.

Newsletters