Monde

Des photos inédites d'Hiroshima

Temps de lecture : 2 min

atomic bomb of Japan/US army via wikipédia
atomic bomb of Japan/US army via wikipédia

Les bombardements d’Hiroshima, à l'initiative des Etats-Unis le 6 août 1945, ont tué plus de 140.000 personnes. Très longtemps, les documents photographiques ont été censurés, seules quelques images, soigneusement sélectionnées avaient été publiées dans la presse. Il s’agissait d’images de ruines, mais où étaient les victimes?

Erin Barnett, conservateur adjoint des collections, a organisé une nouvelle exposition regroupant des photographies inédites au centre international des Etats-Unis. Hiroshima: Ground Zero 1945 raconte à travers soixante photographies, le lendemain de la catastrophe.

Le président Truman avait à l’époque demandé à 1.150 militaires et civils (dont des photographes) de récolter des témoignages visuels de la catastrophe dans le cadre du United States Strategic Bombing Survey.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les forces américaines avaient ensuite imposé une censure stricte sur le Japon en interdisant «tout ce qui pourrait, directement ou par déduction, troubler l’ordre public», explique le site blog Fogonazos. Ces photos avaient donc été classées «top secret» et beaucoup avaient été oubliées. C’est donc la première fois que tant de photos de l’évènement se retrouvent ensemble, dont la plupart ont été «retrouvées».

Newsletters

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Après la mort de vingt-sept personnes exilées lors d'une traversée, les associations font leur possible pour appuyer l'identification des disparus et contacter leurs proches.

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio