Culture

Terrence Malick fan absolu de Zoolander

Temps de lecture : 2 min

Ben Stiller dans «Zoolander»
Ben Stiller dans «Zoolander» (Paramount Pictures)

Palmé au festival de Cannes pour son mystique et panthéiste The Tree of Life, Terrence Malick est un fan absolu de… Zoolander de Ben Stiller. Une information que nous fournit un long portrait du réalisateur publié à la fin du festival par le quotidien américain The Chicago Tribune.

On y apprend que Jessica Chastain, l’actrice principale du film, a rencontré Ben Stiller il y a quelques années et que celui-ci lui a dit: «Dites bonjour à Terry de ma part.» Explications du journaliste:

«Chastain a pensé que Stiller blaguait. Comment donc la vedette de comédies comme Dodgeball et Mes Beaux-parents et moi pourrait-elle avoir une relation aussi détendue avec un auteur aussi énigmatique et reclus que Malick? Mais il ne blaguait pas. Il s’avère que Malick est un gros fan de Zoolander, la satire du milieu de la mode qu’a signée Stiller en 2001 —tellement qu’une année, pour l’anniversaire de Malick, Stiller s’est déguisé en Derek Zoolander, a tourné une carte d’anniversaire en vidéo et l’a envoyée au réalisateur.»

«Je pense que Zoolander est un des films préférés de tous les temps de Terry», explique Jack Fisk, le directeur artistique de Malick. «Il le regarde tout le temps et aime en citer des répliques.»

Slate.fr

Newsletters

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Newsletters