Life

OMS: les téléphones portables «peut-être cancérogènes»

Slate.fr, mis à jour le 01.06.2011 à 9 h 57

Not a fan....Cell phone screens @ game / Michael via Flickr CC License by

Not a fan....Cell phone screens @ game / Michael via Flickr CC License by

L’utilisation des téléphones portables est «peut-être cancérogène pour l’homme» a estimé pour la première fois l’Organisation mondiale de la santé mardi 31 mai. L’organisation estimait jusqu’à maintenant que les téléphones portables n’avaient pas d’effets néfastes pour la santé.

Mais son Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a décidé de classer leur utilisation comme «peut-être cancérogène pour l’homme», ce qui signifie qu’«il peut y avoir un risque, et que donc nous devons surveiller de près le lien entre les téléphones portables et le risque de cancer», a indiqué Jonathan Samet, président du groupe de travail de 31 experts de 14 pays. L’AFP précise:

 «La classification va de 1 (cancérogène pour l'homme) à 4 (probablement pas cancérogène pour l'homme), le niveau 2 étant divisé en 2A (probablement cancérogène pour l'homme) et 2B (peut-être cancérogène pour l'homme).»

Les experts, qui ont analysé toutes les études déjà publiées sur le sujet et qui se sont réunis à Lyon pendant huit jours, ont souligné que le lien potentiel entre l’utilisation de téléphone portable et le cancer reste loin d’être prouvé et que plus de recherches sont nécessaires. Mais les conclusions restent préoccupantes pour les 5 milliards d’utilisateurs de ces appareils à travers le monde.

Christopher Wild, directeur du Circ, a déclaré:

«Il est important que des recherches complémentaires soient menées sur l'utilisation intensive, sur le long terme, des téléphones portables. […] Dans l'attente de la disponibilité de telles informations, il est important de prendre des mesures pragmatiques afin de réduire l'exposition (aux ondes).»

Selon The Washington Post, le classement en catégorie «peut-être cancérogène» est fondé sur deux études épidémiologiques en particulier qui ont «montré un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé avec l'usage du téléphone sans fil», comme l’a expliqué Jonathan Samet.

Parmi les substances classées dans la même catégorie, on retrouve le talc, et les champs magnétiques à basse fréquence, qui pourraient être respectivement liés au cancer de l’ovaire et à la leucémie infantile.

Selon le site CNET, les résultats publiés mardi placent également les téléphones portables dans la même catégorie que le plomb, les gaz d’échappement de moteur et le chloroforme.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte