Monde

Grande défaite pour Silvio Berlusconi

Slate.fr, mis à jour le 30.05.2011 à 18 h 13

Photo: EPP Summit Brussels 25 March 2010 (208), European People's Party, wikimedia

Photo: EPP Summit Brussels 25 March 2010 (208), European People's Party, wikimedia

Giuliano Pisapia et Luigi de Magistris sont les nouveaux maires de Milan et de Naples, nous apprend Il Corriere della Sera. La droite italienne de a échoué dans sa tentative de rester au pouvoir dans son fief de Milan et de ravir Naples à la gauche au second tour des municipales, explique Le Parisien. L'échec à Milan, ville natale et fief politique du président du Conseil, apparaît comme le signe manifeste d'un déclin du Cavaliere.

D'autant plus que Silvio Berlusconi avait  fait de l'élection municipale milanaise un test politique national, rappellent Les Echos. De plus en plus inquiets par des sondages défavorables, les responsables du PDL ont, pendant la campagne, multiplié les coups bas contre Giuliano Pisapia. Lors d'un face-à-face télévisé, Letizia Moratti l'a accusé d'avoir commis un vol de camionnette dans les années 1970 en compagnie de terroristes d'extrême gauche. Délit pour lequel Giuliano Pisapia avait été complètement blanchi par la justice. Apparemment cette stratégie n'a pas payé.

L'Humanité revient sur le parcours de Giuliano Pisapia, cet avocat pénaliste qui a infligé un cuisant revers à Silvio Berlusconi en battant la candidate du PDL Letizia Moratti. Pour le quotidien, Giuliano Pisapia a su profiter de l'antiberlusconisme ambiant, en menant une campagne de proximité, armé d'un slogan qui se voulait rassembleur: «La force gentille pour changer Milan».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
Silvio BerlusconiPDLPDnaplesMilan
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte