Monde

En Inde, les pubs de déodorant pour homme n’ont pas le droit d’être sexy

Slate.fr, mis à jour le 27.05.2011 à 17 h 52

Capture d'écran d'une publicité indienne pour Wild Stone

Capture d'écran d'une publicité indienne pour Wild Stone

Les chaînes de télévision indiennes ont quatre jours pour modifier ou arrêter de diffuser les publicités pour déodorants masculins «ouvertement sexuelles», apprend-on sur la BBC.

Il s’agit des films publicitaires où les mannequins femmes ne peuvent pas résister au pouvoir d’attraction du déodorant annoncé. Dans l’un des spots censurés, une femme se déshabille à l’odeur d’un homme, tandis que dans un autre elle est séduite par son beau-frère (ou plutôt par son déodorant) rapporte l’AFP citée par le Figaro.

Le ministère indien de l’Information et de l’Audiovisuel juge ces films offensants: «Ce sont des publicités dont le message cherche à titiller les instincts masculins libidineux», a-t-il estimé dans un communiqué, ajoutant qu’elles sont «indécentes, vulgaires et suggestives».

Selon le ministère de l’Information, ces publicités seraient en outre contraires au code publicitaire indien selon lesquels les spots doivent être «esthétiques et de bon goût». Si le Conseil indien des normes publicitaires (ASCI) affirme avoir reçu beaucoup de plaintes relatives aux pubs de déodorant, il affirme que dans beaucoup de cas il n’y avait pas matière à interdiction.

«A ASCI, nous avons des règles très spécifiques, affirme-t-il dans un communiqué. Toute image qui n’est pas la cause d’une offense grave ou étendue ne pose pas de problème

Le gouvernement a demandé au Conseil indien des normes publicitaires de s’assurer de la modification ou de l’interdiction des publicités incriminées.

Cinq marques sont concernées, parmi lesquelles Axe, Wild Stone et Addiction Deo.  Ces entreprises n’ont pas encore répondu à l’appel du gouvernement. Selon l’Asian Correspondent, beaucoup pensent qu’elles ne feront pas de réponse publique, à cause de l’aspect «délicat» des questions liées à l’image de la femme en Inde.

La télévision française choque aussi les Indiens

L’interdiction des publicités de déodorant sexy rappelle la suspension pendant neuf jours de la chaîne française Fashion TV l’année dernière: on y avait montré des mannequins seins nus pendant un défilé.

Le ministère de l’Information avait alors estimé que «ces images étaient obscènes et dénigr[aient] l’image de la femme».

En 2007, la chaîne française avait été bannie pendant deux mois pour avoir montré des mannequins très légèrement vêtues dans son édition «Midnight Hot» (Sexy Minuit). Elle avait dû promettre qu’elle ne recommencerait pas pour recouvrer son droit de diffusion moins d’un mois après le début de l’interdiction.

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte