Culture

Des zombies pour sauver les bibliothèques

Slate.fr, mis à jour le 26.05.2011 à 11 h 37

Day 69: You can never be sure, Bryan Gosline via Flickr, CC-Licence-by

Day 69: You can never be sure, Bryan Gosline via Flickr, CC-Licence-by

Zombies et bibliothèques semblent faire bon ménage aux États-Unis. Après la parution en mars 2011 d'un Guide zombie pour la bibliothèque Miller du lycée Mc Pherson, sous forme d'un comics, c'est au tour des zombies de la ville d'Oakland de venir en aide à la bibliothèque municipale, relate le site KALW News.

En effet, l'une des propositions de budget [PDF] pour 2011-2013 initiée par la maire, Jean Quan, membre du Parti démocrate américain, vise à fermer 14 des 18 bibliothèques (ou annexes), laissant la ville sans livres destinés aux enfants et avec des horaires d'ouverture réduites. En réaction, les employés et utilisateurs des bibliothèques ont lancé une initiative particulière: mobiliser les zombies contre la fermeture. La page Facebook créée pour l'événement explique:

«Je vous écris aujourd'hui non comme représentant la bibliothèque, mais à titre personnel, en tant que zombie. Je suis une entité vivante —et non-vivante— de la ville d'Oakland. J'aime notre ville, et ses cerveaux très, très juteux. La bibliothèque municipale est en grand danger.»

Ou, pour résumer, «LES ZOMBIES ONT BESOIN DE CERVEAUX. LES BIBLIOTHÈQUES NOURRISSENT LES CERVEAUX. LES ZOMBIES SOUTIENNENT LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE D'OAKLAND».

Une marche zombie a eu lieu samedi 21 mai, raconte le site. Les zombies ont descendu l'avenue principale d'Oakland, aux cris de «Ayez du cœur pour que les zombies aient des cerveaux!», ou «Fermer la bibliothèque est la fin du monde!», ou encore «Cerveeeeeaaaaauuuuxxx... Graaaaaa... Cerveeaaaux».

Ce n'est pas la première fois que les zombies sont utilisés pour attirer l'attention sur un sujet d'importance. Par exemple, la déclaration d'Ali Khan sur la préparation à l'apocalypse zombie des Centers for disease control and prevention (CDC) dont nous avons déjà parlé, cherchait à mettre l'accent sur les procédures à mettre en oeuvre en cas de catastrophes. Kristin Snelling, membre de la Coalition de sauvegarde des bibliothèques d'Oakland, explique dans le KALW News que «c'est contre la règle de laisser les bibliothécaires parler du fait que les bibliothèques pourraient fermer, durant les horaires d'ouverture. Donc peu de gens sont au courant». Elle ajoute:

«Les bibliothécaires ne cherchent pas juste à conserver leur emploi —ils cherchent à sauvegarder une communauté, une entité qui une fois détruite ne peut être reconstruite.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte