Monde

Les pirates ne sont pas ceux que vous croyez

Slate.fr, mis à jour le 25.05.2011 à 16 h 14

pirate

captain redbeard / Ben Demey via FlickrCC license by

Bandits des mers, alcooliques et téméraires, c’est souvent comme cela que l’on se représente les pirates. Détrompez-vous, Capitaine Crochet n'est qu'une marionnette et non pas le mal incarné.

Une nouvelle exposition, Pirates: l’histoire du capitaine Kidd, s’est ouverte à Londres le 20 mai. Elle révèle une connivence de haut niveau entre les hommes d’affaires et les «pirates» au XVIIe siècle. Ces «pirates», pour la plupart, avaient été enrôlés dans la marine pendant la guerre; au chômage ensuite, ils auraient alors été payés par les élites britanniques pour piller leurs ennemis et protéger la compagnie des Indes orientales.

Tom Wareham, conservateur du musée des Dockland de Londres, espère mettre fin aux mythes qui perdurent encore aujourd'hui sur les pirates. Il explique:

«Lorsque la Grande-Bretagne a commencé à étendre son empire, les pirates pouvaient très bien se trouver marchant dans les rues de Londres.  […] Il y avait dans cette ville des affaires louches avec des bailleurs de fonds mystérieux et puissants [qui avaient] financé une grande partie de la piraterie dans le monde entier.»

L’exposition révèle que le célèbre capitaine Kidd était en fait la marionnette de l’élite londonienne la plus riche. Tom Wareham raconte:

«C’était en fait un corsaire, un mercenaire autorisé par le gouvernement à piller les navires marchands, arborant les couleurs des ennemis de l’Angleterre –principalement la France et l’Espagne.»

Ce pirate était en fait embauché par cinq leaders politiques britanniques. «C’était un arrangement qui puait la corruption», explique l’historien Angus Konstam.

Cependant, lorsqu’il est devenu gênant, il a été liquidé. Il menaçait alors les intérêts commerciaux de la Grande-Bretagne. Officiellement jugé pour le meurtre de William Moore, il n'aura pas le droit de témoigner lors de son procès, le 23 mai 1701. Il avait alors tenté d’obtenir un sursis en écrivant une lettre qui proposait de partager un trésor caché, constitué de butins pillés. Le capitaine Kidd avait alors été pendu, recouvert de goudron et abandonné en mer dans une cage de fer en guise d’avertissement pour les autres pirates. Son «trésor» n’a jamais été retrouvé.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte