Culture

Bill Haley, sa vie après «Rock around the Clock»

Temps de lecture : 2 min

Bill Haley & the Comets à la télévision, vers 1955. Wikimedia Commons/Domaine Public
Bill Haley & the Comets à la télévision, vers 1955. Wikimedia Commons/Domaine Public

Bill Haley devint le roi du rock'n'roll en 1955, avec les Comets et leur tube Rock around the Clock. Vingt-six ans après, il meurt esseulé et alcoolique à Harlingen, au Texas, en 1981.

Les dernières années de sa vie ne sont pas connues du grand public, et c'est ce dont veulent parler sa femme et ses enfants, qui jusque-là étaient restés muets.

Michael Hall, du Texas Monthly, avait essayé en vain de les interviewer pour le cinquantenaire de Rock around the clock. Cette fois-ci, ils ont bien voulu lui parler.

Pour «qu'on se souvienne de lui et que son honneur soit assuré», ils parlent au journaliste de leur passé, du coup de foudre que Martha et lui éprouvèrent à Monterrey, avant de prendre un bus pour une tournée locale. De leur vie sur la route, après qu'elle ait choisi de l'accompagner, ou encore de sa dépression à la mort d'Elvis Presley, en 1977, et de la descente vers le délire, dont Martha prit conscience en mai 1980.

Michael Hall produit un long article, et revient sur la carrière «météorique» du musicien qui n'a pas de musée consacré aux États-Unis, seulement à Munich. À lire ici.

Newsletters

Comment expliquer le statut de déesse de Beyoncé

Comment expliquer le statut de déesse de Beyoncé

Il faut regarder les prestations scéniques de la chanteuse pour comprendre la ferveur quasi religieuse qui anime ses fans.

Un cycliste australien utilise son GPS pour recréer la couverture de «Nevermind» de Nirvana

Un cycliste australien utilise son GPS pour recréer la couverture de «Nevermind» de Nirvana

Pete Stokes a roulé pendant huit heures pour dessiner les contours du célèbre album via le site Strava.

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

«Nevermind» ne s'est pas fait sans quelques trahisons à l'esprit et aux préceptes punk si chers aux trois musiciens.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio