Life

17 pyramides perdues découvertes en Egypte

Slate.fr, mis à jour le 25.05.2011 à 10 h 34

Les pyramides de Guizeh, REUTERS/Goran Tomasevic

Les pyramides de Guizeh, REUTERS/Goran Tomasevic

17 pyramides perdues ainsi que plus de 1.000 tombeaux et 3.000 villages ont été identifiées en Egypte grâce à de récentes images satellites infrarouges qui révèlent les constructions enfouies, rapporte la BBC, qui a suivi le travail des archéologues dans un documentaire qui sera diffusé lundi 30 mai.

Des premières excavations ont confirmé les découvertes, notamment celles de deux pyramides. Le docteur Sarah Parcak, qui a mené les recherches spatiales depuis un laboratoire financé par la Nasa en Alabama, est stupéfaite par l’ampleur des découvertes faites par son équipe:

«Excaver une pyramide est le rêve de tout archéologue. […] Nous travaillions sur ce projet de manière très intense depuis plus d’un an. J’ai vu les données émerger, mais le moment merveilleux est arrivé quand j’ai pris du recul et que j’ai regardé tout ce que nous avons trouvé, et je n’arrivais pas à croire que nous avions trouvé autant de sites.»

L’équipe a analysé des images provenant de satellites orbitant à 700km au-dessus de la Terre équipés d’appareils capables de distinguer des objets de moins d’un mètre de diamètre à la surface de la Terre. L’imagerie infrarouge a été utilisée pour faire ressortir des éléments enfouis sous la surface de la Terre.

Indiana Jones? Un ringard

Les Egyptiens de l’antiquité construisaient leurs maisons avec un matériau plus dense que le sol, ce qui permet de repérer les formes des maisons, des temples et des tombeaux sur les images. Le docteur Parcak ne cache pas son enthousiasme:

«Cela montre à quel point il est facile de sous-estimer la taille et l’ampleur des constructions humaines passées. […] Il ne s’agit que des sites proches de la surface. Il y a des milliers d’autres sites qui ont été couverts par le limon du Nil. Ce n’est que le début de ce genre de travaux.»

La nouvelle technologie pourrait notamment aider à mieux protéger les sites archéologiques égyptiens, qui ont subi des pillages pendant la récente révolution. Fin mars, le chef de la section musées et objets culturels de cette agence de l'ONU indiquait que plusieurs réserves avaient été pillées à Guizeh et à Louxor.

Parcak espère également que la nouvelle technique va révolutionner le métier d’archéologue:

«C’est un outil important pour concentrer nos excavations. Cela nous donne une bien meilleure perspective sur les sites archéologiques. Nous devons voir plus grand, et c’est exactement ce que les satellites nous permettent de faire. Indiana Jones est ringard, nous sommes passé à autre chose, désolée Harrison Ford.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte