Life

Aux États-Unis, les enfants d'immigrés meilleurs en science

Slate.fr, mis à jour le 25.05.2011 à 0 h 40

Barack Obama pose avec les finalistes du concours Intel science talent search en 2011. REUTERS/Jim Young

Barack Obama pose avec les finalistes du concours Intel science talent search en 2011. REUTERS/Jim Young

Une nouvelle étude prouve par les chiffres «ce que la Silicon Valley savait depuis longtemps», selon le site Mercury News: les enfants d'immigrés récents aux États-Unis réussissent mieux dans les matières scientifiques que les Américains.

L'étude, disponible en ligne, a été effectuée par la National Foundation for American Policy (Fondation nationale de politique générale américaine), une organisation non gouvernementale. Elle a analysé les résultats d'un concours, le Intel science talent search, l'équivalent du Prix Nobel de science au lycée, selon le Mercury News.

Ce concours fait travailler les lycéens sur des réponses à de réels problèmes physiques ou scientifiques, et implique un travail de recherche important. L'un des finalistes au concours de 2011 avait par exemple travaillé en équipe sur la formation des galaxies; un autre, sur la conversion de l'eau en hydrogène grâce à la lumière.

Sur les 40 participants au concours, seuls 12 des finalistes venaient de parents nés aux États-Unis. Seize finalistes étaient nés de parents chinois, 10 de parents indiens, d'autres encore de parents iraniens ou coréens. De plus, précise le rapport, les enfants de parents immigrés, et notamment ceux dont les parents possèdent des visas «H-1B» (qui sont accordés en fonction des savoirs-faire) sont parmi les mieux notés des académies. Le rapport précise:

«Alors que seulement 12% de la population américaine est née à l'étranger, 70% des finalistes dans le concours Intel science talent search de 2011 étaient des fils d'immigrants. Et alors que les détenteurs d'un visa H-1B représentent moins d'un pour cent de la population américaine, 60% des finalistes avaient des parents entrés aux États-Unis grâce à ce visa, qui est souvent la seule solution pratique pour l'emploi d'immigrés possédant un savoir-faire.»

La raison de la réussite de ces enfants est simple, selon Vivek Wadhwa, entrepreneur et chercheur natif d'Inde:

«Les familles viennent d'un échelon supérieur de la société. Elles émigrent d'un pays dans lequel elles sont au top de l'échelle sociale, et commencent aux États-Unis à l'échelon le plus bas. […] En tant qu'immigré, vous êtes traité différemment, vous devez lutter et travailler plus dur.»

«Les enfants voient leurs parents travailler dur et lutter, et ils acquièrent la même motivation. Ils cherchent à montrer à leurs familles qu'ils sont à la hauteur», conclut-il.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte