Monde

Affaire DSK: L'exotisme des journalistes français

Slate.fr, mis à jour le 23.05.2011 à 15 h 38

Dominique Strauss-Kahn, au tribunal le 16 mai 2011. REUTERS/Shannon Stapleton

Dominique Strauss-Kahn, au tribunal le 16 mai 2011. REUTERS/Shannon Stapleton

Lundi 23 mai

La lettre de démission

[Blog business de CNN] Dans un e-mail signé d'un simple «Dominique», et transféré aux employés du FMI par le directeur général par interim John Lipsky, DSK s'adresse à ses «chers collègues».

Il y dément à nouveau avec force les accusations portées contre lui, et remercie ses collègues pour leur travail, évoquant notamment la réponse du FMI à la crise financière mondiale, et conclut:

«Ce fut un privilège d'avoir travaillé avec un groupe de personnes aussi extraordinaires. Je chérirai notre temps ensemble.

Et donc, mes chers collègues, je vous dis merci, bonne chance pour l'avenir et au revoir [en français dans le texte]»

Les exotiques journalistes français

[New York Times] «Ils sont las et débraillés, surmenés, épuisés et par dessus tout de mauvais poil –certains disent qu'ils n'ont pas bu une goutte de vin rouge depuis des jours»... Eux, ce sont les journalistes français, vus par le New York Times qui publie un article à l'ironie mordante sur les hordes de médias français à New York.

Notamment:

«C'était facile de reconnaître les Français et Françaises parmi tous les journalistes. Malgré leur état de fatigue, ils étaient, et bien, ils étaient plus beaux que la plupart de leurs pairs américains, et beaucoup d'entre eux fumaient des cigarettes en attendant que quelque chose se passe. Ils se saluaient avec des doubles baisers, un sur chaque joue.»

DSK et les deux réceptionnistes du Sofitel

[CNN] Le site de CNN affirme que la veille de son arrestation, Dominique Strauss-Kahn avait dragué deux des employées de l'hôtel où il résidait. D'après le site, qui tient ses informations d'un officier de police impliqué dans l'enquête, il a proposé à la réceptionniste qui l'amenait à sa suite après son check-in d'entrer pour boire une coupe de champagne avec lui.

Celle-ci a dit aux policiers avoir refusé l'offre de DSK. Plus tard, celui-ci aurait appelé une autre réceptionniste, lui demandant si elle se joindrait à lui pour boire un verre dans sa suite après le travail, offre qu'elle a également refusée.

(« La revue de web des jours précédents)

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte