Monde

En Afghanistan, le chiffre terrifiant est le 39

Temps de lecture : 2 min

une image du générique des «39 marches» d'Alfred Hitchcock (Gaumont British)
une image du générique des «39 marches» d'Alfred Hitchcock (Gaumont British)

Il y a dix jours, c’était vendredi 13 en France. Pas sûr que ce jour et ce chiffre aient beaucoup inquiété en Afghanistan où, nous apprend la National Public Radio américaine, c’est le chiffre 39 qui terrifie. «Il est difficile de trouver une histoire crédible pour expliquer exactement sa signification», explique l’article, mais la traduction de 39 en afghan voudrait également dire «vache morte» et désignerait aussi en argot… un mac.

L’article donne la parole à un jeune habitant de Kaboul qui raconte avoir acheté récemment une Toyota à 16.000 dollars dont la valeur a été réduite de moitié parce que la plaque minéralogique portait le nombre 39. «Chaque fois que je rentre à la maison, les enfants m’appellent "39"», explique-t-il. Les autorités accusent d’ailleurs les trafiquants de voitures d’avoir propagé la rumeur sur ce nombre afin de pouvoir acheter ces véhicules à prix bradé.

La NPR pointe également que, dans le calendrier persan, la nouvelle année qui a commencé le 21 mars est 1390… ce qui signifie que les Afghans «vont être coincés avec un 39 dans leur calendrier pour une décennie entière».

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Une semaine dans le monde en 7 photos

Une semaine dans le monde en 7 photos

Bébé royal, légalisation du cannabis au Canada et «meurtre de masse» en Crimée... La semaine du 14 octobre en images. 

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Au Canada, des milliers d'autochtones n'ont toujours pas l'eau potable chez eux

Pourtant, le Premier ministre Justin Trudeau s'était engagé à résoudre ce problème qui mine les réserves des Premières Nations depuis des années.

Newsletters