Monde

Le cœur de Fukushima Dai-ichi endommagé même sans le tsunami

Slate.fr, mis à jour le 19.05.2011 à 16 h 42

Photo: Le toit endommagé du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi, le 12 mars 2011. REUTERS/TEPCO/Handout

Photo: Le toit endommagé du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi, le 12 mars 2011. REUTERS/TEPCO/Handout

De nouvelles informations, obtenues par la chaîne japonaise NHK, montrent que la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi aurait subi des problèmes de refroidissement même sans le tsunami.

Ces informations, publiées le 17 mai 2011 et disponibles sur leur site Internet, précisent qu'«un condensateur de secours n'a fonctionné que durant dix minutes après le tremblement de terre», et que cette panne n'avait pas été réparée pendant trois heures, de peur d'une baisse de pression dans le réacteur.

«La compagnie présume que les ouvriers ont coupé manuellement le système, craignant que la pression dans le réacteur devienne trop basse et l'endommage.»

Selon le New Scientist, «ces révélations sont la preuve que les centrales nucléaires ne doivent en aucun cas être construites sur des zones d'activité sismique —même si elles ont de hauts murs en prévision des tsunami, et des sources d'alimentation secondaires situées bien au-dessus d'un potentiel niveau d'eau élevé».

Enfin, selon des informations obtenues par le journal Mainichi Daily et reprises par Reuters, un rapport du gouvernement japonais indiquait, en 2010, que les «analyses [effectuées sur la centrale] montr[ai]ent qu'un tsunami d'une certaine taille —de 7 mètres sans mur face à la mer et 15 mètres avec un mur— ou plus aurait près de 100% de chance d'endommager le cœur du réacteur».

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte