Culture

Man Booker International Prize pour Philip Roth: une jurée démissionne

Slate.fr, mis à jour le 20.05.2011 à 9 h 48

philip roth: novels 1993-1995, cdrummbks via Flickr

philip roth: novels 1993-1995, cdrummbks via Flickr

L'écrivain américain Philip Roth s'est vu décerner mercredi 18 mai 2011 le prestigieux Man Booker International Prize, qui distingue tous les deux ans un auteur pour l'ensemble de son oeuvre, nous apprend l'AFP.

Philip Roth succède ainsi à la Canadienne Alice Munro, au Nigérian Chinua Achebe et à l’Albanais Ismail Kadaré, rappelle Le Nouvel Observateur. L'écrivain a remercié les jurés du prix, et déclaré: «Un des grands bonheurs que j’ai eus en tant qu’écrivain est que mon travail a été lu partout dans le monde, malgré le crève-cœur que représente la nécessité d’être traduit.»

Le président du jury, Rick Gekoski, a salué cette victoire en déclarant: «Depuis plus de 50 ans, les livres de Philip Roth ont stimulé, provoqué et diverti un énorme public, qui continue de s'élargir

Pourtant, l'annonce du nouveau lauréat n'a pas fait que des heureux: elle a aussi provoqué le départ de Carmen Callil, fondatrice des éditions féministes Virago, lit-on sur The Guardian. D'aprèsCarmen Callil, l'auteur de Portnoy et son complexe et de Pastorale Américaine «traite toujours du même sujet dans presque tous ses livres». Son oeuvre équivaut à «s'asseoir sur la figure de quelqu'un».

«Je ne le considère pas du tout comme un écrivain», a donc avancé Carmen Callil avant de démissionner du jury auquel elle participait aux côtés de l’écrivain Rick Gekoski et du nouvelliste Justin Cartwright, raconte le magazine littéraire. «J’ai signifié clairement que je ne souhaitais pas l’inclure dans la sélection, j’étais donc surprise qu’il y demeure. Il est le seul que je n’admirais pas – tous les autres auraient convenu.»

Les deux autres jurés ont cependant confirmé que nul autre écrivain que Roth ne méritait de remporter le prix. Rick Gekoski a assuré que les «prix littéraires sont généralement assez litigieux» mais qu’il faut moins se préoccuper de «la satisfaction des juges» que «de choisir le bon auteur». Carmen Callil a promis de justifier prochainement sa décision dans les colonnes du Guardian.

Fondé en 1968, le Man Booker International Prize n'est pas étranger à ce genre de controverses. En 1971, l'écrivain Malcolm Muggeridge démissionna du jury en déclarant: «Il me semble que la plupart des oeuvres s'apparentent à de la pornographie, et manquent des qualités littéraires qui pourraient compenser l'insipidité de leur contenu.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte