Monde

Cinq criminels nazis toujours en fuite

Temps de lecture : 2 min

Nazi Swastika, Wikimedia Commons
Nazi Swastika, Wikimedia Commons

Le 12 mai 2011, John Demjanjuk a été déclaré coupable de crime contre l'humanité pour son action durant la Seconde Guerre mondiale et condamné à cinq ans de prison, relate la BBC. Il avait été gardien dans le camp d'extermination de Sobibor entre mars 1943 et septembre 1943, prenant part au meurtre d'au moins 28.000 personnes. Il a toutefois été remis en liberté en attendant un appel éventuel de sa condamnation et en raison de son âge avancé (91 ans), selon le Christian Science Monitor.

Ce dernier profite de cette condamnation pour publier une liste de cinq criminels nazis toujours en liberté:

Parmi eux, Sandor Kepiro, nazi hongrois considéré comme le plus recherché par le centre Simon-Wiesenthal, une ONG dont le but est «d'affronter l'antisémitisme, la haine et le terrorisme et de promouvoir les droits de l'homme et la dignité, de soutenir Israël, de protéger les Juifs et d'enseigner les leçons de l'Holocauste pour les générations futures». Il est accusé d'avoir massacré plus de 1.200 civils juifs, serbes et roms en 1942, dans la ville de Novi Sad, raconte la BBC.

Le second est Milivoj Ašner, qui a été chef de la police croate dans le village de Pozega. A la fin de la guerre, toute la population juive du village avait été envoyée dans les camps, peut-on lire dans The Guardian. L'Autriche, où il réside depuis les années 1990, a refusé de l'extrader vers la Croatie, empêchant l'organisation d'un procès.

Klaas Carl Faber, le troisième plus recherché selon le centre Wiesenthal, a servi dans les services de renseignement des SS et a fait partie d'une équipe chargée d'exécuter les membres de la résistance danoise, les opposants des nazis et les gens surpris à cacher des juifs. Il est sous le coup d'un mandat d'arrêt européen depuis novembre 2010, selon la BBC.

Officier SS ayant servi en Italie, Gerhard Sommer est le quatrième de la liste. Il a participé au massacre de 560 civils dans un village italien de résistants, Sant'Anna di Stazzema. Selon The Guardian, il a été condamné par contumace en même temps que neuf autres soldats nazis en 2005.

Enfin, le cinquième est l'Ukrainien Adam Nagorny, gardien au camp de concentration de Treblinka. Début 2011, il a été accusé par Ivan Knysh, qui avait aussi été gardien dans le même camp, d'avoir «participé à la fusillade de 3.000 prisonniers», relate le Huffington Post. Adam Nagorny a toujours réfuté ces accusations: «J'ai entendu parler de Treblinka. […] Pourquoi, je ne le sais pas.»

Slate.fr

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters