Monde

Pour le patron de Philip Morris, arrêter de fumer c'est facile

Slate.fr, mis à jour le 19.04.2016 à 15 h 19

Party cigarettes/wlodi via Flickr CC License by

Party cigarettes/wlodi via Flickr CC License by

Louis C. Camilleri, le PDG de Philip Morris, plus gros fabricant privé de cigarettes au monde, a déclaré mercredi 11 mai que si les cigarettes sont dangereuses et rendent dépendantes, il n’est pas si difficile que cela d’arrêter.

Camilleri répondait à une question posée par une infirmière lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires de Philip Morris, qui détient notamment les cigarettes Marlboro, à New York. Associated Press souligne que les dirigeants du groupe ont passé le plus clair de la réunion à répondre à des groupes anti-tabac qui réclamaient des comptes à l'entreprise.

L’infirmière en question, Elisabeth Gundersen de l’université de Californie-San Francisco, est membre d’un groupe d’activistes qui attire l’attention du public sur l’industrie du tabac. Elle a cité au cours des échanges la statistique selon laquelle le tabac tue plus de 400.000 américains et 5 millions de personnes dans le monde entier chaque année, et déclaré qu’un patient lui avait confié que de toutes les dépendances qu’il avait combattues, dont le crack, la cocaïne et la méthadone, la cigarette avait été la plus difficile. Ce à quoi Camilleri a répondu:

«Nous prenons nos responsabilités très au sérieux, et je ne crois pas que les efforts que nous faisons pour assurer une régulation mondiale effective d’un produit qui est dangereux et qui rend dépendant sont assez reconnus. Néanmoins, s’il rend dépendant, il n’est pas si difficile que cela d’arrêter… Il y a plus d’anciens fumeurs aujourd’hui aux Etats-Unis que de fumeurs.»

Dans une interview à Business Week en avril 2009, Camilleri, un fumeur de longue durée, avait confié qu’il n’a arrêté de fumer qu’une fois, trois ans auparavant, parce qu’il avait attrapé un rhume. Il s’y est remis trois mois plus tard, «pour la simple et bonne raison que j’aime ça», ajoutant qu’«arrêter n’était pas difficile».

Matthew Myers, président d’une campagne contre le tabagisme des enfants aux Etats-Unis, a réagi aux propos «irresponsables» de Camilleri:

«Toutes les études montrent que la dépendance à la cigarette est une des plus difficiles à surmonter de toutes les drogues dans le monde entier. Il est stupéfiant que le directeur de la plus grosse entreprise privée de fabrication de tabac nie la difficulté et la dépendance entraînées par les cigarettes en dépit des preuves scientifiques absolues.»  

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte