Life

Comment la peur change notre perception du réel

Slate.fr, mis à jour le 11.05.2011 à 16 h 51

Dangerous Risk Adrenaline Suicide by Fear of Falling/epSos.de via Flickr CC License by

Dangerous Risk Adrenaline Suicide by Fear of Falling/epSos.de via Flickr CC License by

Comment la peur affecte-t-elle notre mémoire? Les scientifiques savent depuis longtemps que la peur ne se résume pas à un seul type d’expérience traumatisante, et que des anciens combattants peuvent prendre peur lorsqu’ils entendent une voiture pétarader même s’ils sont conscients de ne plus être sur le champ de bataille et que le son est différent de celui d’une arme à feu.

Une récente étude montre que la peur peut en fait littéralement changer notre perception, une découverte qui pourrait aider à mieux comprendre le syndrome de stress post-traumatique, l’angoisse et même des maladies comme l’autisme. L’étude, publiée dans la prestigieuse revue scientifique Nature Neuroscience se proposait d’étudier la «généralisation» de la peur et son lien avec l’apprentissage, rapporte le blog Healthland de Time Magazine.

Leurs conclusions: «La peur semble réduire la capacité du cerveau à faire la différence entre des dangers potentiels, ce qui dérègle l’apprentissage que nous retirons de ces dangers», rapporte Time. Rony Paz et ses collègues de l’institut scientifique Weiezmann en Israël, ont exposé 25 volontaires à des odeurs soit agréables, soit repoussantes, en même temps qu’à une tonalité musicale. Le groupe exposé à l’odeur agréable a rapidement appris quelles tonalités accompagnaient l’odeur, et a amélioré de 25% sa capacité à reconnaître la tonalité en question.

Le groupe qui était exposé à l’odeur désagréable a vu sa performance dans la reconnaissance de la bonne tonalité baisser d’à peu près 25%. Moins les volontaires aimaient l’odeur, moins leur performance était bonne.

L’étude suggère que la peur change non seulement nos réactions aux expériences, mais également notre perception du monde en elle-même. Les personnes atteintes du syndrome de stress post-traumatique pourraient ne pas être capables de percevoir la distinction entre une situation dangereuse et une situation inoffensive. Certaines théories sur l’autisme estiment aussi que les personnes malades ont plus de chances que les personnes non-autistes à généraliser la peur et apprennent à craindre des situations plus rapidement.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte