Monde

En Sicile, le tourisme comme moyen de lutte anti-Mafia

Slate.fr, mis à jour le 11.05.2011 à 12 h 46

Sicile 023. mtoo via Flickr CC License by

Sicile 023. mtoo via Flickr CC License by

Un article paru sur le blog tourisme du New York Times raconte un voyage en Sicile original, avec pour but d'éviter d'enrichir la Mafia. L’auteur décrit un échange avec son guide touristique, Edoardo Zaffuto, qui fait partie d’une organisation appelée le comité Addiopizzo («adieu à l’impôt de protection»). Celle-ci souhaite utiliser le tourisme comme moyen de lutte contre la Mafia, qui «a dérobé à la Sicile sa dignité».

Dans ses itinéraires, le guide tente de mêler lieux de mémoires (mémoriaux dédiés aux victimes de la Mafia, par exemple) et attractions incontournables. Plus de 700 entreprises, y compris des agences de voyages, feraient partie de ce réseau et auraient pour mission de guider les touristes vers les établissements qui refusent de payer une protection de la Mafia. Selon Edoardo Zaffuto, seules quelques unes d'entre elles ont connu des représailles.

La Mafia exerce une grande influence en Italie, et en Sicile en particulier. Selon la fondation anti-Mafia, l'impôt versé par les commerçants s’élève en moyenne à 880 euros par mois et, selon l’association SOS Impresa, 70 % d'entre eux le versent à la Cosa Nostra, la mafia sicilienne. Lorsque l’auteur demande à Aldo Penna, un membre d’Addiopizzo, pourquoi il a rejoint le mouvement, il répond simplement : «Ma femme et moi étions fatigués d’avoir peur».

Le groupe militant s’est formé en juillet 2004 lorsqu’un groupe d’amis a voulu ouvrir un bar sans payer de protection. Il avait alors placardé sur les murs et les cabines téléphoniques de Palerme  des autocollants où l'on pouvait lire «un peuple entier qui paie la taxe [le «pizzo», ndlr] est un peuple entier sans dignité». L’organisation a donc tenté d’axer sa campagne de pub sur l’honneur pour tenter de se réapproprier un champ lexical largement utilisé par la Mafia elle-même.

Selon le site Contre-feux, l’association est un réseau dont l'organisation se rapproche d'ailleurs de celle de la Mafia, avec à sa tête un leader dont la disparition ne menacerait pas l'existence de la structure, ce qui lui donne une pérennité. La prochaine étape est maintenant d'étendre son action en dehors de l’île, en Calabre et à Naples.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte