Culture

Bob Dylan, musicien préféré des juges américains

Temps de lecture : 2 min

Extrait du clip de la chanson «Subterranean Homesick Blues» de Bob Dylan
Extrait du clip de la chanson «Subterranean Homesick Blues» de Bob Dylan (D.A. Pennebaker)

Selon le Los Angeles Times, le musicien préféré des juges américains, ou du moins celui qu’ils citent le plus volontiers dans leurs jugements, s’appelle Bob Dylan. Le quotidien californien cite les recherches de Michael Perlin, un professeur de droit new-yorkais, selon qui l’auteur de Like a Rolling Stone devance en la matière les Beatles et Bruce Springsteen. La phrase de lui la plus couramment citée est extraite de la chanson Subterranean Homesick Blues: «You don’t need a weatherman to know which way the wind blows» («Pas besoin de météorologue pour savoir dans quel sens souffle le vent»).

Le quotidien a notamment interviewé une juriste du Kentucky, Allison Connelly, qui raconte comment elle a demandé à ses étudiants d’utiliser la chanson Hurricane, qui évoque une erreur judiciaire, pour démonter la théorie d’un procureur. Il note aussi avec amusement que les deux seules mentions de Dylan dans des arrêts de la Cour suprême ont été faites par des juges conservateurs, Antonin Scalia et le président John Roberts.

Ce qui n’a pas plu à Bobby Lasnik, un juge fédéral de la région de Seattle, connu pour avoir cité des extraits de chansons de Dylan (Chimes of Freedom, The Times They Are A-Changin’) dans ses jugements:

«Quand le président Roberts a cité Dylan, j’ai pensé "Oh non!". Maintenant, ce n’est plus cool.»

Newsletters

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

Le département d'histoire de l'art de la prestigieuse université ne veut plus des deux cours d'introduction qui appartenaient à son cursus depuis des lustres.

«High Maintenance» et «High Fidelity», deux séries qui magnifient New York

«High Maintenance» et «High Fidelity», deux séries qui magnifient New York

En plus de bénéficier d'un casting bourré de charme.

«Jinpa» et «Sortilège», ô pays des merveilles!

«Jinpa» et «Sortilège», ô pays des merveilles!

L'un et l'autre magnifiques, aux confins du rêve et du monde le plus concret, le film de Pema Tseden et celui d'Ala Eddine Slim sont des invitations au voyage, par les chemins enchantés du cinéma.

Newsletters