Monde

La mer d'Oman deviendra-t-elle un mausolée pour Ben Laden?

Slate.fr, mis à jour le 07.05.2011 à 17 h 25

Image Wikimedia common

Image Wikimedia common

Au lendemain de l’opération qui a permis à l’armée américaine d’abattre Oussama ben Laden, la Maison Blanche avait annoncé qu’elle avait procédé à l’«enterrement selon le rituel islamique» de son ennemi n°1 mais ajouté qu’elles avaient décidé d’un «burial at sea» ce qui signifie que son corps ou ses cendres ont été jetés à la mer.

Lundi matin, à bord du porte-avions américain Carl-Vinson, en mer d'Oman, le corps du chef d’al-Qaida a donc été lavé puis placé dans un linceul blanc lui même déposé dans un sac lesté. Le corps a ensuite été posé sur une planche que l'on a basculée pour faire glisser le corps dans l'océan.

Il est possible de jeter un corps à la mer uniquement si la mort est survenue en pleine mer et qu’il s’avère impossible de rejoindre la terre rapidement pour procéder à l’enterrement. Selon un conseiller d'Obama, aucun pays n'était disposé à ou capable de récupérer et d'enterrer le corps d'Oussama ben Laden dans un délai de 24 heures respectant la tradition musulmane, d'où l'immersion. Il s’agissait aussi, selon les autorités américaines, de faire disparaître le corps et d’empêcher les fidèles du chef d’al-Qaida de créer un mausolée en honneur du chef terroriste.

Cette manœuvre pourrait bien ne pas fonctionner comme prévu par les Etats-Unis. Selon une des principaux figures de l’islam en Grande-Bretagne, interrogé par une radio britannique et citée par le Daily Mail, il se pourrait en effet que des fondamentalistes soient sur le point de désigner toute la mer d’Oman comme étant «la mer du martyr», et que l’ensemble de l’eau devienne un lieu de pèlerinage.

Abdal Hakim Murad, le recteur de Cambridge imagine déjà des militants radicaux contempler et honorer les qualités de leur héros disparu. Et a fait part de son désaccord avec la façon dont le corps de Ben Laden a été traité par les Américains. Même les meurtriers de masse ont le droit à un enterrement religieux valable. Nous sommes jugés sur la façon dont nous nous comportons lorsque nous sommes en position de force».

Interrogé sur ce point par l’émission 60 minutes, diffusée ce dimanche,  Barack Obama a réitéré que ses forces armées avaient bien suivi le rituel islamique : «Nous nous sommes plus occupés de cela, évidemment, que Ben Laden s’était préoccupé du traitement des 3.000 personnes qu’il a assassinées» le 11 septembre 2001.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte