Culture

Les Schtroumpfs, ce peuple stalinien et nazi

Temps de lecture : 2 min

Angry smurf | 400% kubrick, unfolded via Flickr, CC-Licence-by

Les Schtroumpfs, un peuple stalinien et nazi? C'est la théorie d'un écrivain et chercheur de l'Institut d'Études Politiques de Paris, dans un nouveau livre à paraître début juin 2011, relate Actualitté. La société Schtroumpf «est un archétype d'utopie totalitaire, empreint de stalinisme et de nazisme», selon l'auteur, Antoine Bunéo.

Le site résume la pensée de l'auteur:

«Les Schtroumpfs vivent en autarcie, dans une société repliée sur elle-même et autosuffisante. Ils travaillent tous ensemble, pour la collectivité et ne connaissent pas la propriété privée. Enfin, ils sont dirigés par un chef unique et respecté: le grand Schtroumpf.»

Le livre est le développement d'une théorie qu'il avait déjà abordée sur son site web, dans un article intitulé «Pourquoi les Schtroumpfs sont-ils nazis». «L'essence du National-socialisme réside dans son racisme, peut-on lire sur le site. Or, la toute première aventure des schtroumpfs confronte les petits êtres bleus à une menace d'ordre raciale.»

Cet album, Les Schtroumpfs noirs, avait d'ailleurs été revu pour son édition anglaise, relatait Fluctuat en 2010. L'éditeur, Papercutz, avait préféré publier l'album sous le titre Les Schtroumpfs violets, de peur d'être accusé de racisme.

L'auteur n'accuse pas Peyo, le dessinateur et scénariste des albums: «une œuvre peut véhiculer une imagerie que son auteur, de bonne foi, ne cautionne pas», précise-t-il.

Newsletters

La «Trilogie du samedi» a créé des modèles féminins pour toute une génération

La «Trilogie du samedi» a créé des modèles féminins pour toute une génération

Toutes les nouvelles héroïnes badass doivent quelque chose à Buffy, aux sœurs Halliwell, à Max Guevara ou à Sydney Bristow.

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

Affaire Mila, affaire Griveaux, c'est par où la sortie?

[BLOG You Will Never Hate Alone] Nous sommes cernés par un océan de médiocrité qui menace de nous engloutir à tout jamais.

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

À Yale, l'histoire de l'art se veut moins eurocentrée

Le département d'histoire de l'art de la prestigieuse université ne veut plus des deux cours d'introduction qui appartenaient à son cursus depuis des lustres.

Newsletters