Culture

Pas facile d'être macho

Slate.fr, mis à jour le 06.05.2011 à 12 h 38

Michelangelo's David, MarcusObal, wikimedia

Michelangelo's David, MarcusObal, wikimedia

Un homme, un vrai, ça se construit, ce n'est pas juste un acquis de naissance, lit-on sur le Time Magazine. La masculinité est un statut social, quelque chose que les hommes conquièrent... mais qui peut aussi facilement se perdre.

Les hommes sont ainsi contraints de prouver continuellement leur masculinité à travers leurs actions. Dans la société contemporaine, ça ne passe plus par la lutte contre le mammouth, mais par la protection de sa famille, ou le rapport d'un salaire conséquent. Mais il suffit d'un seul faux-pas pour perdre la masculinité. C'est ce qui explique pourquoi les hommes sont si sensibles à cette question. Les femmes n'ont pas le même problème: la féminité est perçue comme quelque chose d'inné, d'immuable.

Dans une série d'études, les psychologues Jennifer K. Bosson et Joseph A. Vandello, de l'université de South Florida, ont voulu pousser cette idée plus loin. Ils ont voulu notamment savoir si les hommes utilisent toujours l'action physique et l'agressivité en gage de leur virilité.

«Le genre est social, explique, sur Science Daily, Jennifer K. Bosson. Les hommes le savent. Et ils sont très influencés par la façon dont ils apparaissent dans les yeux des autres.»

Dans leurs études, Bosson et son équipe ont forcé certains hommes à se comporter d'une façon «féminine». Dans une étude par exemple, ils ont dit à des hommes de tresser des cheveux, alors que d'autres avaient une tâche plus neutre à accomplir: tresser une corde. Ces hommes ont ensuite le choix de boxer dans un sac, ou faire un puzzle. Les hommes ayant tressé les cheveux ont majoritairement choisi de taper le punching-ball. Par ailleurs, les hommes ayant fait des nattes cognaient plus fort que les autres. Et quand on n'a autorisé qu'une partie des hommes faisant des tresses à taper dans le sac, ceux qui n'ont pas pu frapper ont manifesté plus d'anxiété dans le test suivant.

D'après les psychologues, l'agression est une «tactique de restauration de la masculinité».

Les autres tests menés par l'équipe conduisent au même résultat: la masculinité est un statut précaire, difficile à acquérir et facile à perdre. Et quand elle est en danger, les hommes voient dans l'agressivité une bonne façon de lui porter secours.

Pour le Time, si l'étude est importante, c'est parce que cette précarité de la masculinité a des répercussions sur nombre d'aspects de la vie de l'homme: au travail, dans le couple, sur la santé. D'après les psychologues, cette étude commence aussi à montrer les effets négatifs de la question du genre sur les hommes: dépression, anxiété, baisse de l'estime en soi, et violence.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte