Monde

Les pigeons, «première relation amoureuse» de Mike Tyson

Slate.fr, mis à jour le 05.05.2011 à 15 h 40

pigeon /Kaet44 via Flickr by licenceCC

pigeon /Kaet44 via Flickr by licenceCC

Dans le Nord de l’Angleterre, à Cumbria, des habitants d’un quartier se sont plaints de leurs voisins qui nourrissaient les pigeons. Ces oiseaux sont accusés de nombreux maux de la ville comme celui, par exemple, d’attirer les rats.

Une mère et sa fille ont été arrêtées pour «nuisance publique» et emmenées au poste. La police a saisi les clés de leur maison, leurs relevés bancaires et leurs chéquiers. Les deux femmes ont été «séparées, enfermées puis interrogées», raconte le Telegraph.

«Le temps utilisé pour enquêter, interroger et éventuellement poursuivre les deux personnes pour avoir alimenté des pigeons est le plus grand gaspillage de temps et d’argent de toute l’histoire de la police quand d'autres personnes ont pu rencontrer toutes sortes de problèmes», explique leur avocat, David Mayor.  

Ce fait divers a lieu au moment où Mike Tyson, l’ancien joueur de boxe américain, explique dans une tribune publiée sur un blog du New York Times, Cityroom, son attachement pour les pigeons et le comportement citoyen que chacun devrait avoir envers ces animaux.  Va-t-on surprendre Mike Tyson s’occuper de ses amis et le mettre en prison une nouvelle fois ?

 «Ce n’est pas un secret que j’aime les pigeons», explique-t-il.

Dans cette tribune, l’ancien boxeur exprime une passion pour les pigeons depuis son plus jeune âge et tente de changer leur «mauvaise réputation».

Si Mike Tyson les aime tant, c’est pour leur fidélité, mais aussi «parce qu’ils ne sont pas difficiles à comprendre, contrairement aux humains».

«Ils continuent de m’apporter une grande paix, même maintenant», raconte Mike Tyson.

La relation qu’il décrit est fusionnelle:

«Les pigeons ont été ma première relation amoureuse.»

Il raconte aussi comment il s’est battu avec quelqu’un pour s’interposer et défendre un pigeon. C’est aussi pour les pigeons qu’il a gagné le championnat du monde.

«Effectivement, si ce n’était pas pour un pigeon, je n’aurais peut-être pas été le champion du monde poids lourd», écrit-il.

Ces oiseaux l’ont aidé à se construire et à prendre confiance en lui.

«Mes oiseaux ne m’ont jamais jugé ou ne m’ont fait sentir inadéquat. J’étais la plus importante relation qu’ils avaient.»

Un conseil: si vous ne voulez pas vous faire boxer au coin d’une rue, respectez les pigeons!

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte