Culture

Comment un poster peut nous rendre meilleurs

Slate.fr, mis à jour le 05.05.2011 à 10 h 52

Kumbum eyes, Mark Evans, wikimedia

Kumbum eyes, Mark Evans, wikimedia

«Quand vous agissez, faites comme si le monde entier était en train de vous regarder», affirmait Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis. Cette citation, qui rappelle que nous avons tendance à mieux nous comporter lorsque nous sommes observés, relève presque de l'évidence, note le Scientific American. Mais une nouvelle recherche pointe quelque chose de bien moins évident: pas besoin du regard d'un être humain, ni même d'un organisme vivant, pour que nous nous tenions mieux. Tout ce qu'il nous faut, c'est une image d'yeux.

C'est en tout cas ce que démontre une équipe de chercheurs de la Newcastle University, dirigée par Melissa Bateson et Daniel Nettle, lit-on sur l'Unità. L'équipe a espionné le comportement d'étudiants à la cafétéria d'un campus universitaire pour voir s'ils nettoyaient leur table après un repas.  Pendant quelques jours, les psychologues ont accroché des affiches sur les parois de la cafétéria, à différents endroits. 

Parmi les affiches, il y avait des photos, des textes, mais aussi des visages d'homme ou de femme. Le résultat est éloquent: quand l'affiche représente un visage humain, et qu'elle est placée de façon à ce que les yeux dévisagent les clients de la cafétéria, deux fois plus d'étudiants nettoient leur table par rapport aux jours où il y a d'autres affiches.

Publiée et consultable sur la revue Evolution and human behaviour, l'étude s'ancre dans une tradition psychologique particulière, qui tente d'expliquer et de stimuler la coopération humaine au sein de la collectivité, explique le Scientific American. En termes techniques, on parle de «social dilemma» (dilemme social), c'est-à-dire une situation où l'intérêt personnel s'oppose à celui de la collectivité.

Dans les années 1970, Robyn Dawes et ses collègues ont montré que la présence d'autres individus dans une pièce a des effets positifs sur le choix des personnes quand elles font face à un «social dilemma». Mais ce n'est qu'il y a quelques années que Terence Burnham et Brian Hare ont publié un article dans Human nature montrant que les individus font des choix plus coopératifs dans des jeux vidéo quand ils sont observés sur l'écran par des yeux de robot ressemblant à des yeux humains. Perplexes, nombre de chercheurs ont ensuite conduit une série d'expériences confirmant ces découvertes initiales.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte