Monde

Savait-on où se cachait Ben Laden depuis 2009?

Temps de lecture : 2 min

Takia Kakul, Abbottabad, ~ilawar via Flickr, CC-Licence-by
Takia Kakul, Abbottabad, ~ilawar via Flickr, CC-Licence-by

Et si le lieu où se cachait Oussama ben Laden était connu depuis 2009? Des géographes avaient en effet prédit sa localisation, rappelle le Science Insider dans un article publié le 2 mai 2011.

Dès 2009, les médias, dont ABC News s'étaient fait l'écho des recherches menées par Thomas Gillespie et John Agnew, professeurs et chercheurs à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Ces chercheurs avaient employé des théories dites de «biogéographie», habituellement utilisées pour l'étude des espèces animales en danger (oiseaux principalement). À l'aide d'informations obtenues par des images satellites, ils avaient tenté de découvrir la localisation du chef d'al-Qaida, alors que les États-Unis avaient officiellement perdu sa trace.

Leurs recherches, menées avec quelques étudiants de l'université, ont finalement conclu (PDF) qu'il se trouvait probablement à Parachinar, une ville pakistanaise à la frontière de l'Afghanistan. Plus précisément, ils avaient aussi déterminé que la maison qui l'abritait devait être située dans une ville: «La théorie [biogéographique] est simplement que si vous essayez de survivre, vous allez vous réfugier dans une région à faible taux d'extinction: une grande ville», explique Thomas Gillepsie à Science Magazine.

En 2009, ils notaient que cette maison devait avoir «plus de trois pièces car il préfère un nombre réduit de gardes du corps». Ils avaient en conséquence pointé trois lieux d'habitations possibles pour Oussama ben Laden. Selon leurs calculs, il y avait 88,9 % de chances qu'il se trouve dans une ville située dans un rayon de moins de 300 km par rapport à Tora-Bora, lieu où il avait été aperçu pour la dernière fois.

Même si les recherches américaines ne l'ont pas trouvé dans les bâtiments indiqués par les recherches, le village d'Abbottabad était dans la zone décrite, à 268 km du dernier lieu connu. L'agence de renseignement américaine (CIA) n'avait pas souhaité commenter à l'époque. Un officiel de l'agence n'ayant pas lu le rapport avait simplement mentionné sur ABCNews qu'ils «prenaient le rapport avec des pincettes».

Slate.fr

Newsletters

Le refus d'Israël de reconnaître le génocide arménien est indéfendable

Le refus d'Israël de reconnaître le génocide arménien est indéfendable

Juifs et Arméniens, deux peuples victimes de meurtres de masse. Le gouvernement israélien doit placer la justice avant toute considération politique et appeler les crimes par leurs noms.

L'anglais est vraiment une langue étrange

L'anglais est vraiment une langue étrange

Des linguistes ont comparé 239 langues de différentes régions du monde. L’anglais apparaît parmi les plus curieuses.

Un procureur texan va arrêter d'inculper les gens qui volent des produits de nécessité

Un procureur texan va arrêter d'inculper les gens qui volent des produits de nécessité

Si les articles volés coûtent moins de 750 dollars et que les coupables en avaient besoin pour vivre, le nouveau procureur du comté de Dallas évitera d'engager des poursuites.

Newsletters