Monde

L’Allemagne a peur du loup

Slate.fr, mis à jour le 04.05.2011 à 10 h 24

Wolf / Arrr! via FlickrCC License by

Wolf / Arrr! via FlickrCC License by

C’était en l’an 2000, au milieu d’une zone d’entraînement militaire. Après 150 d’absence, une portée de loups a vu le jour en Allemagne.

L’espèce, en provenance de Pologne, continue depuis de se reproduire dans les Länder de l’est. La région de Lausitz, située à cheval sur la Saxe et le Brandebourg, abriterait la plus grosse population de loups du pays.

Mais la peur du «grand méchant loup» est aussi universelle que tenace. De nombreux habitants supportent mal cette cohabitation, et la presse locale multiplie les articles alarmistes. Ainsi, dans la Sächsische Zeitung, le quotidien de la région de Saxe, le 2 mai:

«À Niesky, dans la nuit de samedi à dimanche, deux loups ont vraisemblablement déchiqueté un gros mouton de 65kg et blessé à la gorge un autre animal, au point que le fermier a dû l’achever. La bête n’était protégée par aucune clôture, et n’était qu’à quelques mètres de maisons habitées. Au coin de la rue, les boulangers travaillaient, ce qui, apparemment, n’a pas dérangé les loups.»

Malgré son image de prédateur sanguinaire largement véhiculée par les contes, le loup n’est pas une «machine à tuer», rappelle Sabrina Janesch dans une tribune de la Sueddeutsche Zeitung:

«Il suffit de regarder l’exemple polonais, où vivent plus de 600 loups: depuis la Seconde Guerre mondiale, aucun humain n’a été attaqué. Cependant les gens de la campagne sont fâchés avec eux. À la moindre tentative de pénétrer dans un enclos non protégé, un loup termine en charpie au milieu dans un bain de sang. Mais il va falloir se faire à l’idée que le loup ne vit pas dans les bois, mais erre volontiers dans des paysages industriels, et, la nuit, autour des maisons. Mais ce n’est rien d’autre que cela: il va falloir s’y faire.»

La ZDF, chaîne publique allemande, consacrait récemment une émission au sujet. En plus de démontrer qu’ils survivent très bien dans des régions habitées, les loups contribuent de façon très naturelle à conserver l’équilibre entre la faune et la flore.  

À présent, c’est à nous de décider de dépasser le mythe du méchant loup, et de lui donner cette fois-ci, une chance.

Lui donner une chance. C’est en tout cas ce que prévoit la stratégie nationale en matière de biodiversité, rappelle Sabrina Janesch:

«D’ici 2020, l’Allemagne souhaite agrandir ses espaces sauvages de 2%. (…) Pour faciliter la circulation des animaux, on prévoit déjà de créer des “corridors verts”, reliant la Pologne à l’Allemagne, et de protéger les loups contre les collisions avec les voitures.»

Et de conclure:

«L’homme ne doit plus redouter Ysengrin. Pendant ses randonnées du dimanche, le cochon sauvage effarouché constitue un plus gros danger. Et les accidents qui se produisent sur la route de la maison de campagne… N’en parlons pas.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte