Life

Les jeux vidéo, nouvelle thérapie pour la mucoviscidose

Slate.fr, mis à jour le 03.05.2011 à 17 h 41

Black Topre Realforce 105U keyboard/Adrián Pérez via Flickr - CC licence by

Black Topre Realforce 105U keyboard/Adrián Pérez via Flickr - CC licence by

Parmi les petites choses de la vie quotidienne qui permettent de soulager les enfants atteints de mucoviscidose, les exercices respiratoires, bien qu'efficaces, sont vite vécus comme des contraintes. Une étude menée par l'université du Vermont reprise par BBC News propose de les rendre plus attirants, en les associant à des jeux vidéo.

La mucoviscidose est la maladie génétique mortelle la plus fréquente dans les populations dites caucasiennes. Elle cause des dysfonctionnements importants de différents organes, mais ses conséquences sur les poumons sont les plus dangereuses pour les malades.

Des «jeux» pas si marrants

Des exercices quotidiens permettent d'évacuer le mucus qui s'accumule dans les voies respiratoires, mais médecins et parents conviennent qu'il est difficile d'y contraindre les plus jeunes, vite rebutés par la tâche.

Les kinésithérapeutes familiers de la prise en charge de ces jeunes patients ont vite compris l'intérêt d'une approche ludique, mais à l'heure des jeux vidéo, les jeux qu'ils proposent traditionnellement ne font écran que quelques temps. Souffler des bulles ou des boules de coton, tous les jours... il y a plus marrant.

Spiromètre en guise de manette

Ils préfèrent jouer à la console plutôt que de faire leurs exercices? Combinons les deux. C'est en quelques mots la solution qu'ont développée Peter Bingham et son équipe afin de rendre les récalcitrants plus assidus.

Donc jeux vidéo quotidiens, avec une contrainte quand même: à la place de la manette, un spiromètre. Plutôt que de presser des boutons, les utilisateurs utilisent leur souffle pour piloter un bolide.

Des associations s'étaient déjà saisies du problème, et l'idée des jeux vidéo s'était d'elle-même imposée. Les jeux développés dans ce sens utilisaient le micro de l'ordinateur pour mesurer le souffle, une bonne idée qui reste loin de l'efficacité d'un spiromètre, prévu à cet effet.

A défaut de gagner à tous les coups les courses engagées, les jeunes patients montrent des améliorations de leurs fonctions pulmonaires, ce qui n'est pas une petite victoire pour Peter Bingham:

«Le plus important de la découverte, c'est qu'ils les utilisent.»

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte