Culture

La pop music est devenue plus narcissique

Temps de lecture : 2 min

Kanye West aux BET Awards 2010 à Los Angeles. REUTERS/Mario Anzuoni.
Kanye West aux BET Awards 2010 à Los Angeles. REUTERS/Mario Anzuoni.

La musique pop des trente dernières années serait devenue de plus en plus narcissique: c’est la conclusion d’une enquête menée par le psychologue américain de l’université du Kentucky Nathan DeWall. Celui-ci était interviewé le 26 avril sur la National Public Radio américaine:

«Ce que nous avons trouvé c’est que, au fil du temps, il y a eu une attention croissante portée au "moi" et au "je" à la place du "nous" et du "notre". […] Ce que nous pensons c’est que les paroles de ces chansons populaires reflètent vraiment des changements culturels dans les personnalités, les motivations, les émotions. […] Cela renforce l’idée, dans la culture américaine, que nous devons nous concentrer sur ce que les gens ressentent à propos d’eux-mêmes.»

Parmi les principaux exemples de pop stars narcissiques cités dans le reportage (qui s’ouvre, en contraste, sur Bruce Springsteen chantant «We are the World»), citons Justin Timberlake («I’m bringing sexy back»), Nelly Furtado ou, évidemment, Kanye West, qualifié de «quintessence» du narcissisme par Nathan DeWall, qui précise ironiquement:

«Si vous ne gagnez pas des distinctions, ce n’est pas que vous êtes objectivement moins bon que les autres, c’est juste que les gens ne comprennent pas votre grandeur.»

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters