Culture

La pop music est devenue plus narcissique

Temps de lecture : 2 min

Kanye West aux BET Awards 2010 à Los Angeles. REUTERS/Mario Anzuoni.
Kanye West aux BET Awards 2010 à Los Angeles. REUTERS/Mario Anzuoni.

La musique pop des trente dernières années serait devenue de plus en plus narcissique: c’est la conclusion d’une enquête menée par le psychologue américain de l’université du Kentucky Nathan DeWall. Celui-ci était interviewé le 26 avril sur la National Public Radio américaine:

«Ce que nous avons trouvé c’est que, au fil du temps, il y a eu une attention croissante portée au "moi" et au "je" à la place du "nous" et du "notre". […] Ce que nous pensons c’est que les paroles de ces chansons populaires reflètent vraiment des changements culturels dans les personnalités, les motivations, les émotions. […] Cela renforce l’idée, dans la culture américaine, que nous devons nous concentrer sur ce que les gens ressentent à propos d’eux-mêmes.»

Parmi les principaux exemples de pop stars narcissiques cités dans le reportage (qui s’ouvre, en contraste, sur Bruce Springsteen chantant «We are the World»), citons Justin Timberlake («I’m bringing sexy back»), Nelly Furtado ou, évidemment, Kanye West, qualifié de «quintessence» du narcissisme par Nathan DeWall, qui précise ironiquement:

«Si vous ne gagnez pas des distinctions, ce n’est pas que vous êtes objectivement moins bon que les autres, c’est juste que les gens ne comprennent pas votre grandeur.»

Newsletters

Pause réconfort #6: cinq minutes pour oublier l'actualité

Pause réconfort #6: cinq minutes pour oublier l'actualité

Vous en avez marre des news? On est là pour vous détendre.

Quelles sont vos étymologies erronées préférées?

Quelles sont vos étymologies erronées préférées?

Le confinement, une bonne occasion de réviser ces connaissances dont on devrait douter.

«Unorthodox», mélange réussi entre thriller haletant et récit initiatique

«Unorthodox», mélange réussi entre thriller haletant et récit initiatique

Inspirée des mémoires de l'autrice Deborah Feldman, la minisérie raconte la quête d'autonomie d'Esty, 19 ans, qui fuit la communauté juive ultra-orthodoxe de Brooklyn pour Berlin.

Newsletters