Culture

Comment un livre sur les mouches a atteint 23 millions de dollars sur Amazon

Temps de lecture : 2 min

La couverture de The Making of a Fly, par Peter Lawrence
La couverture de The Making of a Fly, par Peter Lawrence

Alors qu'il cherchait à acheter un livre sur les mouches pour ses cours, un étudiant de Michael Eisen, professeur de biologie à l'université californienne de Berkeley, est tombé sur un léger problème de trésorerie: il a certes trouvé sur Amazon 15 éditions d'occasion du livre à 35,54 $ (20,24 €), mais aussi deux éditions neuves, disponibles à partir de 1.730.045 $ (1.178.946 €).

Michael Eisen, le prof, s'est penché de plus près sur ce livre –le si sexy The Making of a Fly, par Peter Lawrence publié en 1992 et qui n'est plus réédité– à plus d'un million d'euros. Il pensait d'abord qu'il s'agissait d'une blague, avant de se rendre compte qu'il y avait 2 éditions neuves, proposées toutes les deux à plus d'un million de dollars (mais pas exactement au même prix), par des vendeurs tout ce qu'il y a de plus légitimes sur Amazon.

Le lendemain, le prix de chaque livre atteignait presque 2,8 millions de dollars! Intrigué, le professeur s'est mis à suivre tous les changements de prix de ces deux éditions, jusqu'à ce qu'un rythme émerge: à chaque évolution, la copie du vendeur bordeebook était 1,270589 fois plus chère que celle proposée par profnath.

Et une fois par jour, le vendeur profnath changeait le prix de sa copie pour qu'elle coûte 0,9983 fois moins cher que celle de bordeebook. Qui, dès qu'il se rendait compte de cette augmentation chez profnath, augmentait à nouveau le prix de sa propre copie (tout cela se faisait automatiquement par ordinateur).

En fait, profnath et bordeebook utilisaient tous les deux un système de prix automatique, mais pas la même stratégie: profnath avait une copie du livre, et voulait qu'elle soit la moins chère sur le marché (juste assez moins chère pour que le client la choisisse mais que le vendeur se fasse tout de même de l'argent).

Quant à bordeebook, le professeur pense en fait que le vendeur n'avait pas la copie: si on lui achetait, bordeebook devrait donc d'abord se procurer une copie neuve du livre, celle de profnath! Et se devait donc d'être plus cher que profnath pour faire un profit.

CNN explique que l'incident a permis de démontrer un phénomène pas forcément connu du grand public sur les sites de commerce en ligne comme Amazon: souvent, ce ne sont pas des gens qui créent et mettent à jour des prix, mais des algorithmes informatiques. Les vendeurs sur Amazon et autres sites de ce genre paient des entreprises spécialisées dans les algorithmes pour s'en charger, leur permettant d'augmenter leurs ventes jusqu'à 60% parce que ces algorithmes fixent les prix juste en dessous des autres, par exemple.

Pour ce qui est du livre sur les mouches, les prix des deux copies ont augmenté dans un cercle aussi vicieux que régulier, jusqu'à atteindre plus de 23 millions de dollars pour la copie de bordeebook et de 18 millions pour celle de profnath, le 18 avril 2011. Un humain a dû à ce moment-là se rendre compte du problème, puisque, le lendemain, bordeebook proposait son livre pour 106 dollars, et profnath pour 1,270589 fois ce prix (soit 135 dollars).

Au 27 avril, il n'y a plus qu'une copie classée comme «neuve» à vendre, par bordeebook et pour 976$. Profnath a disparu des vendeurs.

Slate.fr

Newsletters

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

«Synonymes» à l'assaut d'une impossible identité

En force et en vitesse, le troisième long-métrage de Nadav Lapid déclenche une tempête burlesque dans le sillage d'un jeune Israélien exilé volontaire à Paris.

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Newsletters