Monde

Wikileaks: le coeur d'al-Qaida bat au Pakistan

Slate.fr, mis à jour le 25.04.2011 à 9 h 47

Oussama ben Laden  REUTERS

Oussama ben Laden REUTERS

La dernière volée de révélations de Wikileaks, postée dimanche 24 avril, donne des informations inédites sur la prison de Guantanamo mais aussi sur al-Qaida, sur la façon dont l'organisation terroriste fondée par Oussama ben Laden a continué à fonctionner après le 11 septembre 2001.

Le Washington Post explique qu'au moment des attaques contre New York et Washington du 11 septembre 2001, le cœur de l'organisation djihadiste était regroupé au Pakistan à Karachi. Dans un hôpital, le cerveau de l'attaque contre le destroyer américain USS Cole, en octobre 2000 au Yémen, se remettait d'une opération aux amygdales tandis que celui qui deviendra l'organisateur de l'attentat de Bali en Indonésie, en octobre 2002, achetait du matériel de laboratoire pour tenter de monter un programme d'armes biologiques. Pour finir, dans une planque, celui qui se décrira un peu plus tard comme le cerveau du 11 septembre, Khalid Sheikh Mohammed, et d'autres dirigeants d'al-Qaida regardaient à la télévision leurs kamikazes précipiter leurs avions sur les villes américaines.

Quelques heures plus tard, les chefs d'al-Qaida repartaient précipitamment en Afghanistan pour préparer une longue guerre. Les documents secrets rendus publics par Wikileaks contiennent notamment des informations venant des prisonniers détenus et interrogés à Guantanamo dont 14 considérés comme ayant une «haute valeur» qui ont pour la pluopart participés directement aux préparatifs et parfois au sauve-qui-peut allant de fin 2001 à 2005.

On apprend ainsi que Oussama ben Laden et son bras droit l'Egyptien Ayman al-Zawahiri vont pendant trois mois après le 11 septembre se déplacer en permanence en Afghanistan pour échapper aux frappes américaines et pour mobiliser les combattants arabes contre «les envahisseurs infidèles». Ben Laden arrive finalement dans le complexe sous-terrain de Tora Bora fin novembre et arrangue ses troupes le 25 novembre leur demandant de «rester déterminées dans leur engagement à combattre, d'obéir à leurs chefs, d'aider les talibans et les met en garde contre la grave erreur qui consisterait à fuir avant que les combats soient terminés». Ben Laden et Zawahiri s'échappent de Tora Bora sous les bombardements à la mi-décembre 2001 probablement pour le Pakistan. A ce moment, le chef d'al-Qaida est tellement démuni qu'il emprunte 7.000 dollars à l'un de ses protecteurs. Il les lui remboursera dans les mois qui suivent.

Les documents décrivent aussi une réunion très importante de la branche opérationnelle d'al-Qaida en décembre 2001 à Zormat, une région montagneuse d'Afghanistan entre Kaboul et Khost. Cette réunion comprend notamment Khalid Sheik Mohammed, Abd al-Rahim al-Nashiri, le planificateur de l'attaque contre le USS Cole, et Abou Faraj al-Libbi, un des hommes de confiance de ben Laden. Les préparatifs menés ensuite au Pakistan pour monter d'autres attentats vont en fait conduire à la capture de bon nombre d'entre eux. Le dernier, Abou Faraj al-Libbi, sera ainsi arrêté en mai 2005. A ce moment-là, une occasion de mettre la main sur Ayman al-Zawahiri sera ratée au dernier moment.

Depuis, l'organisation opérationnelle d'al-Qaida est devenue beaucoup moins centralisée et peut-être plus encore la coopération entre les services de renseignement pakistanais et américain n'a cessé de se dégrader.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte