Monde

L'Allemagne secouée par une deuxième affaire de plagiat

Slate.fr, mis à jour le 24.04.2011 à 10 h 43

Silvana Koch-Mehrin en 2009 / Muffinmampfer via Wikimedia Commons

Silvana Koch-Mehrin en 2009 / Muffinmampfer via Wikimedia Commons

L’Allemagne ne plaisante pas avec les grades universitaires: Outre-Rhin, on revendique son doctorat comme un gage de confiance et de respectabilité. Début mars, le très populaire ministre de la Défense Karl-Theodor Zu Guttenberg avait déjà démissionné pour avoir copié de très nombreux passages dans sa thèse de droit.

Silvana Koch-Mehrin, chef de file des libéraux Allemands au Parlement Européen, est l’objet d’un nouveau scandale de plagiat. À son tour, elle est accusée d'avoir pillé beaucoup d'auteurs pour écrire son doctorat. Ce sont les web-activistes de «VroniPlag Wiki», une plateforme spécialisée dans la chasse au plagiat, qui ont révélé l’affaire. Très vite, la Frankfurter Rundschau a repris l’information:

Selon Vroniplag Wiki, 56 pages, soit 28% du total de la thèse de Koch-Mehrin sont plagiées. Un communiqué publié sur la plateforme déclare: «Etant donné le nombre de passages repris mot pour mot, et ce, tout au long de la thèse, tout laisse conclure qu’il ne s’agit pas d’inadvertance, et que les passages de la thèse ont été consciemment recopiés. Un nombre considérable de sources extérieures auraient été transposées, et ne seraient pas (ou pas assez) signalées comme des citations.»

Silvana Koch-Mehrin a soutenu sa thèse en 2000 à l’université d’Heidelberg. Cette dernière se penche sur les accusations faites contre la Députée européenne, poursuit la Frankfurter Rundschau :

Si l’université d’Heidelberg décidait de lui retirer son titre de docteur, ce serait un coup porté à ses ambitions au sein de son parti, le FDP. En tant que membre de la présidence et du bureau confédéral, cette mère quarantenaire est aussi la porteuse d’espoir d’un parti libéral en berne, et qui, sous l’impulsion de son nouveau chef Philippe Rösler, tente de refondre l’ensemble de ses orientations. L’université  devrait terminer ses vérifications à la mi-mai, juste avant le congrès du Parti. En interne, cette concommittence est mal vécue.

Alors que la commission des doctorats continue ses recherches, le Spiegel a récemment fait part d’une «bonne nouvelle» pour Silvana Koch-Mehrin.

La députée FDP peut s’accorder une respiration: Le parquet d’Heidelberg a annoncé qu’il ne l’instruirait pas pour plagiat. La thèse ayant été rédigée et publiée il y a plus de 5 ans, il y a prescription sur la présumée violation du copyright. Mais politiquement, Koch-Mehrin, qui continue de garder le silence, est plus que jamais sous le feu de la critique.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte