Life

Regarder des personnes en surpoids donne envie de manger

Slate.fr, mis à jour le 22.04.2011 à 16 h 22

Bogota, museo Botero, ydnammmm via Flickr CC License by

Bogota, museo Botero, ydnammmm via Flickr CC License by

Observer les efforts constants des personnes obèses pour perdre du poids devrait nous motiver à nous tenir en forme: faire de l'exercice physique, manger mieux, et perdre du poids, également... Logique? Pas vraiment. Selon une nouvelle étude, cette prémisse n'est que partiellement vraie, lit-on sur le Time: il semblerait qu'au contraire, nous mangeons davantage après avoir vu des personnes en surpoids.

«Pourquoi quand nous repensons à un après-midi passé entre copains, nous nous rendons compte que nous avons mangé plus que ce que nous le souhaitions?» demandent les auteurs de l'étude, Margaret C. Campbell et Gina S. Mohr. Si parmi vos amis quelques-uns ont quelques kilos à perdre, leur présence pourrait engendrer ce que les chercheuses appellent un «stéréotype négatif», explique news-medical.net.

L'étude suggère que regarder une personne qu'on associe à un comportement indésirable entraîne un changement dans notre comportement. «Regarder une personne en surpoids fait baisser notre motivation à atteindre des objectifs en termes de santé», affirment les chercheuses.

Nous sommes ce que nos amis mangent

Lors d'une expérience, l'équipe a demandé à des personnes de répondre à un rapide sondage. Les personnes devaient regarder la photo d'une personne en surpoids, soit d'une personne de poids normal. Après avoir complété le sondage, les chercheurs remerciaient les sondés avec des bonbons. «Les personnes qui ont participé au sondage qui comprenait des photos de personnes en surpoids ont mangé plus de bonbons que les autres», notent les chercheuses. Au cours d'autres expériences, des personnes étaient invitées à goûter des cookies, et les personnes ayant vu des personnes en surpoids en ont mangé au moins le double que les autres. C'était le cas même pour les participants qui se posaient des objectifs en termes de santé et qui estimaient que les cookies et les bonbons étaient mauvais pour leur régime.

Cette théorie du «stéréotype négatif» rejoint un phénomène mis en évidence par de récentes études sur l'«effet contagieux» de l'obésité, réalisées en 2007 par le Dr. Nicholas Christakis, professeur à Harvard, et James Fowler, de l'université de Californie. D'après leurs études, quand l'ami d'un participant devient obèse, la personne en question a 57% plus de risques de devenir elle aussi obèse. Et dans le cas d'amis proches, les chances montent à 171%. Ce qui amène James Fowler à conclure que non seulement «nous sommes ce que nous mangeons», mais surtout, «nous sommes ce que nos amis mangent».

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte