Culture

Science-fiction: le futur est dans les pays émergents

Slate.fr, mis à jour le 22.04.2011 à 13 h 00

Orbik, x-ray delta one via Flickr, CC-Licence-by

Orbik, x-ray delta one via Flickr, CC-Licence-by

Le film District 9 avait annoncé en 2009 une tendance qui se confirme: les œuvres de science-fiction se déroulent de plus en plus dans les pays en voie de développement. Les six romans présélectionnées pour le Prix Arthur C. Clarke de 2011 ont été annoncés, et deux d'entre eux utilisent comme cadre des villes ou pays en voie de développement, raconte The Independent. C'est une première pour ce prix.

Dans District 9 (dont le titre est une référence au District 6 de Cape Town), qui se déroule à Johannesburg, les extraterrestres deviennent des réfugiés sans papiers, contenus non sans mal dans un ghetto aux allures de Soweto. Filmé sous forme de documenteur, il faisait apparaître les extraterrestres comme les détenus de Guantánamo, les Palestiniens de la bande de Gaza, ou «de manière transparente les Sud-africains noirs durant les 46 ans de l'apartheid», relatait le Time.

Pourquoi cette nouvelle tendance? The Independent offre quelques éléments de réponse. Pour commencer, certains pays comme l'Inde rattrapent leur retard technologique. L'Inde «commence à réellement innover, alors qu'elle ne faisait que produire des technologies génériques jusque-là», selon Angela Saini, journaliste et auteure du livre Geek nation: how indian science is taking over the world (Nation geek: comment la science indienne prend le contrôle du monde).

La différence entre ces nouvelles technologies sophistiquées et le degré d'analphabétisme de la population crée une friction qu'emploient les auteurs de science-fiction, selon l'une d'entre elles, Lauren Beukes, toujours dans The Independent. Journaliste et écrivaine, née à Johannesburg, en Afrique du Sud, elle explique dans une interview à Dark Fiction Review:

«J'étais intéressée par les emails de scam […], la mythologie africaine, le pouvoir des jumeaux, les boucs émissaires, l'addiction à la drogue, les réfugiés, les événements horribles en République du Congo […], le sentiment de culpabilité et la possibilité de rédemption.»

Autant de thèmes que l'on retrouve dans ces nouveaux romans de science-fiction. Neil Blomkamp, réalisateur de District 9, ajoute dans une interview donnée à AVClub que si la population mondiale continue d'augmenter de manière désordonnée, on arrivera à ce qu'il décrit dans le film. La surpopulation et le manque de ressources nous rendront, selon lui, esclaves de notre destin.

Parmi les sélectionnés pour le prix, Ian McDonald, qui avait déjà publié dans les années 1990 la «saga Chaga», dans laquelle il analysait les conséquences de la crise du sida en Afrique. Ou encore River of Gods (Le Fleuve des dieux), en 2004, dont le récit se déroule en Inde au milieu du XXIe siècle. Son roman sélectionné, The Dervish House (La Maison des Derviches) se passe en 2027, en Turquie. Lauren Beukes est également sélectionnée pour son roman Zoo City (La Ville Zoo), qui a déjà remporté un  «Kitschie Red Tentacle» (comme «roman proposant une vision exaltée de la culture geek»). Zoo City est un thriller qui se déroule dans un Johannesburg ré-imaginé. Lauren Beukes est coutumière du fait: son premier roman de science-fiction spéculative, Moxyland, se passait à Cape Town.

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte