Life

Twitter et relation amoureuse ne font pas bon ménage

Slate.fr, mis à jour le 21.04.2011 à 13 h 41

Angry Swedish Couple on Laptops/dweekly via Flikr CC license by

Angry Swedish Couple on Laptops/dweekly via Flikr CC license by

Etre multitâche rend inefficace, nous disent les expériences menées par le professeur Clifford Nass du département de psychologie de l'Université de Standford, comme nous l'indiquions ici. 

«Les gens qui sont multitâches pensent qu'ils ont un contrôle total sur leur processus cognitif, leur mémoire et sur le tri des informations qui arrivent de toutes parts. Mais il semblerait que le cerveau ne pourrait pas traiter plus d'un flux d'information à la fois.»

Et voilà que de nouvelles données soulignent que les usagers quotidiens du réseau social Twitter ne seraient pas les as de la relation amoureuse de longue durée. Et qui dit utilisateur de Twitter, dit Web et «multitasking addict».

Relations courte durée

Le site OkCupid, dont the Daily Beast souligne que «c'est le plus important site de données en ligne et en accès libre du pays dont plus de la moitié de ses 7 millions de visiteurs réguliers sont des abonnés», a fait sa tambouille. Les analystes de OkCupid ont étudié le mode de consommation et le comportement de 833.000 twittos (voir liste des 15 mots et expressions à connaître) âgés de 18 à 50 ans. La courbe montre clairement que ceux qui utilisent ce réseau social «tout le temps» ou «tous les jours» ont des relations 5% à 10% plus courtes que ceux qui ne l'utilisent pas.

How long do your relationships usually last?/ Source 833.897 utilisateurs de OkCupid

 

«A l'image de leur méditation en 140 caractères, les utilisateurs de Twitter semblent avoir des relations sentimentales de courte durée. A quel point sont-elles plus courtes que les autres? Peut-être pas tant que ça... mais la différence reste toutefois mesurable et non négligeable», relate Christian Rudder, le co-fondateur du site et directeur de la publication de OkCupid.

The Daily Beast, souligne également qu'une telle courbe a le mérite d'indiquer à «quel point les nouvelles technologies affectent la façon dont nous communiquons et interagissons».

C'est la pensée développée par Nicholas Carr, auteur du livre The Shallows (les bas-fonds), longuement évoqué ici, dans lequel il confie:

«Je ne pense plus de la même façon qu'avant. Je m'en rends le plus compte quand je lis.»

Il raconte l'agitation que lui procure un long texte. Selon lui, Internet a détruit sa capacité à lire en profondeur.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte