Monde

Arabie saoudite-Iran: la nouvelle guerre froide

Slate.fr, mis à jour le 18.04.2011 à 11 h 01

Des soldats saoudiens entrent au Bahrein, REUTERS/Reuters TV

Des soldats saoudiens entrent au Bahrein, REUTERS/Reuters TV

La rivalité politique et religieuse entre l'Arabie saoudite, pays leader de l'islam sunnite et l'Iran, fer de lance de l'Islam chiite, n'est pas vraiment une nouveauté. On pourrait même la faire remonter aussi loin que les conflits entre les arabes et les perses. La nouveauté aujourd'hui, c'est que les révolutions arabes menacent de changer la nature de l'affrontement entre la Monarchie saoudienne et la République islamique d'Iran.

C'est ce qu'explique une longue analyse publiée par le Wall Street Journal sous la plume des spécialistes du Moyen-Orient Bill Spindle et Margaret Coker. Ils soulignent que l'une des conséquences les plus marquantes des révoltes populaires arabes qui se succèdent depuis cinq mois est de déboucher sur un affrontement direct entre Riyad et Téhéran pour préserver ou élargir leur sphère d'influence.

«La guerre froide est une réalité», explique un officiel saoudien au Wall Street Journal. «L'Iran cherche à élargir son influence. L'instabilité des derniers mois signifie que nous n'avons pas le luxe de rester assis et de regarder les évènements se dérouler», ajoute-t-il. Le 14 mars, les troupes et les blindés saoudiens sont entrés à Bahreïn pour apporter de l'aide à la famille régnante du petit royaume confrontée à une révolte chiite. En réponse, des parlementaires iraniens ont menacé eux-aussi d'intervenir militairement.

Lors d'une conférence récente sur la sécurité dans le Golfe, le prince Turki al Faisal, ancien chef des services de renseignements saoudien et ambassadeur à Londres, a suggéré que si l'Iran se dote d'une arme nucléaire, hypothèse très probable, l'Arabie saoudite pourrait bien se sentir obligée d'en faire autant. Les Saoudiens dépendent aujourd'hui pour leur protection de leurs accords de défense avec les Etats-Unis. Mais ils sont bien décidés à devenir plus autonomes. Ils viennent de passer un contrat d'achat d'armement avec des entreprises américaines de 60 milliards de dollars... le plus important de l'histoire des Etats-Unis.

Chacun des deux camps est aujourd'hui tour à tour fragilisé par les révoltes en cours souligne The Globe and Mail. L'Iran est allié à la Syrie dont le régime est menacé et au Hezbollah libanais et Hamas palestinien. L'Arabie saoudite est appuyée par les monarchies sunnites du Golfe, le Maroc, le Fatah palestinien et surtout l'Egypte dont l'alignement est aujourd'hui remis en question avec la fin du régime Moubarak. Le camp saoudien est pro-occidental et le camp iranien en guerre proclamée contre l'occident, les Etats-Unis et Israël.

Pendant des décennies, les deux camps ont agi dans certaines limites et principalement via des milices et des alliés, ce n'est plus le cas aujourd'hui, notamment parce que l'Arabie saoudite se considère en grand danger. La monarchie est furieuse contre l'administration Obama qui selon elle a trahi Moubarak, son allié depuis des décennies. Les Saoudiens considèrent également que la destruction du régime de Saddam Hussein à la suite de l'invasion américaine de l'Irak en 2003 les laissent seuls face aux Iraniens. Enfin, ils voient avec crainte les révoltes chiites à leurs frontières à Bahreïn, mais également au Yémen.

L'Iran comme l'Arabie saoudite se sentent menacés de l'extérieur, mais comme le soulignent de nombreux analystes, les deux régimes se sentent aussi menacés de l'intérieur par le désir de liberté et de démocratie exprimés dans le monde arabo-musulman. Rien de tel pour renforcer un régime que de souder sa population contre une menace extérieure et un ennemi historique. La République islamique de Mahmoud Ahmadinejad a réprimé dans le sang il y a deux ans l'opposition descendue dans les rues et le Royaume saoudien contrôle étroitement sa minorité chiite. La répression au Bahreïn des opposants chiites est brutale et n'a rien à envier à celle des milices iraniennes.

Les rapports de force au Moyen-Orient sont en train de se modifier et de se recomposer à grande vitesse. Ce serait un petit miracle si cela se faisait sans un affrontement direct entre les deux camps en présence.

Photo: Des soldats saoudiens entrent au Bahrein. REUTERS/Reuters TV

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte