Life

L'alcool nous aide à apprendre

Slate.fr, mis à jour le 16.04.2011 à 10 h 38

Vous vous êtes réveillé ce matin avec une douloureuse gueule de bois? Voici une nouvelle qui va peut-être vous permettre de déculpabiliser un peu. L'alcool serait à même de développer une certaine forme de mémoire: la mémoire subconsciente (mais ne vous réjouissez pas trop vite, cela ne nous rend pas forcément plus intelligents).

The Huffington Post relaie une étude menée par un neurobiologiste, Hitoshi Morikawa, du Waggoner Center for Alcohol and Addiction Research de l'université du Texas, est publiée dans The Journal of Neuroscience.

Habituellement, on associe davantage l'alcool à la perte de mémoire: vous ne savez plus ce que vous avez fait la veille,  vous ne vous rappelez plus ce que vous avez dit, ou où vous avez rangé certaines affaires. Ceci n'est pas contredit par l'étude de Hitoshi Morikawa. Il s'agit de la mémoire consciente, qui est touchée par l'absorption d'alcool. Mais, selon le chercheur:

«Notre inconscient apprend et se souvient également, et l'alcool peut en fait augmenter notre capacité à apprendre à ce niveau.»

«Lorsque nous consommons de l'alcool (ou des drogues), notre "subconscient" apprend à consommer plus. Mais il ne s'arrête pas là. Nous devenons plus réceptifs à la formation de souvenirs et d'habitudes par rapport à la nourriture, la musique, les personnes et les situations sociales.»

L'étude montre que l'exposition répétée à l'éthanol augmente la plasticité synaptique de certaines zones du cerveau, ce qui va dans le sens des recherches qui mettent en évidence la corrélation entre alcool et mémoire, explique UPI.

En fait, contrairement à ce que l'on pourrait penser, selon Hitoshi Morikawa, les alcooliques ne sont pas dépendant au plaisir engendré par l'alcool mais à la constellation des signaux environnementaux, comportementaux et physiologiques qui sont renforcés lorsque l'alcool déclenche la libération de dopamine dans le cerveau.

«Les gens voient le plus souvent la dopamine comme un neurotransmetteur de plaisir, mais c'est plus précisément un neurotransmetteur d'apprentissage. Il renforce les synapses qui sont activées lorsque la dopamine est libérée.»

Que nous apprend l'alcool? «Qu'aller dans un bar, parler avec des amis, manger certaines nourritures et écouter de la musique sont des choses gratifiantes», relève Flutuat.net.

Science Daily explique que, le plus souvent nous faisons ces choses tout en buvant, le plus la dopamine est déclenchée, et le plus nous recherchons ces expériences en lien avec la consommation alcoolique.

L'espoir de Hitoshi Morikawa est de pouvoir mieux comprendre les fondements de la dépendance alcoolique. Son but est d'arriver à développer des médicaments anti-addiction qui pourraient affaiblir les synapses-clé qui sont renforcées par l'alcool. Cela permettrait d'effacer la mémoire subconsciente de la dépendance.

Photo: Raspberry Martini / Barbloke / License by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte