Monde

En Chine, des animaux vivants se vendent en porte-clefs

Slate.fr, mis à jour le 15.04.2011 à 14 h 16

Les étals des commerces ambulants regorgent d'objets kitscho-insolito-cocasses allant des cartes postales aux aimants en passant par les tasses floquées des prénoms de toute la famille. A Pékin, ce sont des animaux vivants (photo) dans des poches plastique qui sont proposés aux chalands pour 1.50 dollars pièce, l'équivalent de 1 euro. Et il y a le choix: poissons, petites tortues et autres amphibiens sont proposés afin de décorer son trousseau de clefs, rapporte CNN.

Conservés dans une eau colorée et oxygénée, les animaux «peuvent vivre plusieurs jours», a indiqué à CNN une vendeuse installée devant une station de métro pékinoise. Précisant qu'il faut évidemment penser à libérer ces compagnons de poches avant leur mort par étouffement.

Cette conséquence évidente de ce procédé est la raison invoquée par les militants de la protection animale pour jeter l’opprobre sur les autorités et les vendeurs de ces porte-clefs d'un nouveau genre.

«Le manque de nourriture et la diminution d'oxygène dans l'eau et cette poche plastique provoque la mort des animaux dans un délai relativement court», souligne David Neale, le directeur de l'association de protection des animaux en Asie.

«Tombeaux colorés et transparents»

Pour lui, cette histoire met en exergue un souci plus global en Chine. Celui du manque d'encadrement législatif autour des actes de malveillance à l'égard des animaux. Bien qu'un début de prise en compte du problème semble avoir vu le jour dans le pays, les défenseurs des animaux réclament plus d'encadrement.

Pour ce faire, ils n'hésitent pas à utiliser l'emphase dans leurs communiqués militants, note l'agence Reuters:

«Les animaux ont été parqués dans leurs tombeaux colorés et transparents. Parqués dans un espace à l'air raréfié où ils respirent pour la dernière fois en observant un monde dans lequel leur existence est considérée comme inutile. Et la période dans laquelle nous vivont peine à nous empêcher de penser que l'humanité attend un destin semblable au leur.»

Reste un souci pour les hérauts de la cause animale: ces porte-clefs semblent appréciés en Chine, si l'on s'en tient à l'exemple des JO de 2008 où un vendeur ambulant eu la brillante idée de vendre des poissons rouge en porte-clefs. Un grand succès.

Photo: Fin back LF Chirps/via Flickr CC license by

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
LIFEchineanimaux
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte