Life

Les avertissements sur les paquets de cigarettes sont-ils efficaces?

Slate.fr, mis à jour le 15.04.2011 à 12 h 18

Depuis 2003, des avertissements sur les paquets de cigarettes alertent les consommateurs sur les risques de la nicotine. Impossible de fumer sans que le regard tombe sur un «Fumer provoque le cancer mortel du poumon», un «Fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse», ou un lapidaire «Fumer tue».

Et ce n'est pas fini: à partir du 20 avril 2011, les messages seront accompagnés par une image dissuasive, occupant au moins 40% de la surface arrière du paquet. Ici quelques exemples de photos que vous pourrez trouver sur vos paquets, recensées par Doctissimo. De quoi perturber les fumeurs...

Des initiatives se lancent déjà afin de limiter le choc de ces images. Le site printmypack.com permet ainsi de fabriquer un paquet personnalisé. Ou encore, des Lyonnais ont déposé un brevet pour le Slyp: une housse cartonnée humoristique et ludique permettant de personnaliser son paquet, explique France 3.

Mais ces avertissements sont-ils efficaces? Oui, d'une certaine façon: dans les pays où les messages sont les plus percutants, les personnes sont plus conscientes des risques de la fumée que dans les pays où les avertissements sont moins présents. Pourtant, difficile de dire si les fumeurs soumis à ce genre de messages fument moins, explique Time. Qui poursuit: on sait que les messages personnalisés sont bien plus efficaces, d'un point de vue psychologique, que ces avertissements généraux.

Mais grâce à une nouvelle étude, publiée sur Nature Neuroscience, on sait désormais que les messages personnalisés sont aussi physiologiquement plus efficaces. Ils stimulent des régions du cerveau qui influent sur la perception que les personnes ont d'elles-mêmes, comme le cortex préfontal.

Les auteurs de l'étude, une équipe de l'université de Michigan dirigée par la psychologue Hannah Faye Chua, ont recruté 91 fumeurs souhaitant arrêter la cigarette. Ils ont été analysés pendant une heure, alors qu'ils regardaient un écran où défilaient différents messages. Certains messages étaient personnalisés, d'autres étaient de simples avertissements généraux, et d'autres encore n'avaient rien à voir avec la cigarette. Les chercheurs ont découvert que les messages personnalisés stimulent ces régions du cerveau bien plus que les autres types de messages, et les personnes dont ces zones ont été stimulées sont plus susceptibles d'arrêter de fumer dans les 4 mois suivants l'expérience.

Photo: Fumer Tue, Jofreund via Flickr CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte