Life

Le péché originel de Twitter

Slate.fr, mis à jour le 15.04.2011 à 18 h 40

Twitter irait-il mal? La compagnie pèse aujourd’hui plus de 5 milliards de dollars, compte des ingénieurs de talent, 360 millions de dollars levés auprès de gros investisseurs, une expansion à l’international, reste un exemple par son démarrage fulgurant, mais CNN dresse une analyse plus pessimiste

 données ComScore

données ComScore des sites les plus populaires

Car sa fréquentation est en baisse aux Etats-Unis. Un signe de mauvais augure car il révèle un problème plus profond: un positionnement incohérent dû aux nombreux changements de responsables, pointe CNN. Car chez Twitter, le turn-over est rapide, et rarement planifié.

La bataille des ego

En 2008, l’assemblée générale considère que Jack Dorsey, un des co-fondateurs, ne fait plus l’affaire en tant que PDG. Il est remplacé par Evan Williams, lui aussi co-fondateur du site de micro-blogging. C'est un point de non-retour, assure CNN. La communication entre les différents responsables va désormais devenir compliquée, voire impossible. Un crack du management surnommé «the coach», Bill Campbell, est même appelé à la rescousse. Mais rien n'y fait. Evan Williams finit par s'auto-rétrograder et nomme Dick Costolo à sa place. En mars dernier, Jack Dorsey est à nouveau rappelé pour jouer le rôle de product chief.

Il y a manifestement un problème de management à la tête de Twitter. Et cela en serait même le pêché originel, avec d’après Business Inside, une bataille des ego dès sa création. Car contrairement à ce qu'assure l’histoire officielle, l’ambiance n’était pas à la franche camaraderie.

La légende veut que l’idée de la plateforme de micro-blogging que l’on connaît aujourd’hui soit venue de Jack Dorsey et Biz Stone, un ami d’Evan Williams. Ce dernier était à la tête d’Odeo, la startup à l’origine de Twitter. La réalité serait tout autre, écrit Business Inside. La mise au point de Twitter ne serait pas le fruit d’une collaboration entre Stone et Dorsey, mais du travail de Dorsey et Noah Glass, l'oublié de l’histoire officielle, qui aurait supporté le projet Twitter. Et en aurait même trouvé le nom. Un investisseur à l’époque proche de l’équipe témoigne :

«Il y avait deux personnes vraiment emballées, Jack [Dorsey] and Noah Glass. Noah était dingue de Twitter. Fanatique ! Evan et Biz ne l’étaient pas à ce niveau»

La première chose que fit Williams après le rachat d’Odeo? Mettre Noah Glass à la porte. Pour «incompatibilité de caractères». Pour d’autres, Glass montrait juste trop de volonté à vouloir diriger Twitter.

 Photo: Twitter Wallpaper - Vector Redo/JoshSemans via Flickr - CC License By

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte