Culture

Pourquoi les petites filles portent du rose et les garçons du bleu

Temps de lecture : 2 min

Jupe blanche, chapeau à plume, cheveux frôlant les épaules... et pourtant, c'est bien Franklin Delano Roosevelt, le 32e président des Etats-Unis, que l'on voit sur cette photo d'enfance postée par Themarysue.

Etonnant? Pas vraiment. Si cette tenue paraît aujourd'hui surprenante, les conventions sociales de 1884, époque à laquelle a été prise la photo, voulaient que les enfants portent des robes jusqu'à l'âge de 6 ou 7 ans, qui était aussi le moment de la première coupe de cheveux, lit-on sur le Smithsonian. La revue américaine se penche sur la question de la mode chez les jeunes enfants, et interroge Jo B. Paoletti, historienne à l'université de Maryland, qui a écrit Pink and Blue: Telling the Girls From the Boys in America, à paraître cette année.

Jo B. Paoletti n'est pas la première historienne à se pencher sur les couleurs. En France, Michel Pastoureau s'est fait connaître pour être le spécialiste de la symbolique des couleurs, avec des livres comme Dictionnaire des couleurs de notre temps, ou L'Étoffe du diable, une histoire des rayures et des tissus rayés, ou encore Noir: Histoire d’une couleur.

Jo B. Paoletti elle-même se penche depuis longtemps sur la question: 30 ans. Sur son blog, elle affirme avoir écrit ce livre pour une «raison simple et égoïste. J'étais fatiguée de dire et redire aux gens qu''il fut un temps où les garçons portaient du rose».

En effet, pendant des siècles, les enfants ont porté de délicates robes blanches jusqu'à l'âge de 6 ans. Pour une simple raison: le coton blanc peut être décoloré. La marche vers une différenciation des habits filles/garçons n'est ni linéaire ni rapide. Le rose et le bleu, ainsi que d'autres couleurs pastel, ont fait leur apparition vers la moitié du XIXe siècle.

Ce n'est pourtant qu'au début du XXe qu'ils sont associés aux genres, et cette association s'affirme vers les années 1940. Mais si les baby-boomers grandissent dans le stéréotype des couleurs, les années 1960 et le féminisme remettront en question cette mode, et marquent le retour des vêtements neutres... jusqu'au milieu des années 1980. Vers 1985, la situation change à nouveau. Pour deux raisons: tout d'abord, la possibilité de connaître le sexe de son enfant pousse les parents à des achats vestimentaires ciblés. Ensuite, certaines de ces femmes qui ont grandi, dans les années 1980, sans pouvoir porter de rose, avoir les cheveux longs et jouer avec les Barbies, ont rejeté le look unisex pour leurs propres filles.

Photo: Modepuppe mit Promenadenkleid, Frankreich, um 1870 (vermutlich Emile Jumeau, Paris), Andreas Praefcke, wikimedia.

Slate.fr

Newsletters

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

«Un tramway à Jérusalem» en route vers l'utopie nécessaire

Amos Gitaï assemble des situations à bord du transport en commun pour composer avec humour et émotion l'esquisse d'une appartenance collective à un monde que tout divise.

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Les deux tendances déplorables de la critique aujourd'hui

Pourquoi vouloir tout comparer et classer, comme si les critères de jugement étaient systématiquement identiques d'une œuvre à l'autre?

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

«L’Adieu à la nuit» chevauche au bord du gouffre

Grâce aux ressources de la fiction, le nouveau film d'André Téchiné fait du combat d'une femme pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie une vertigineuse aventure intérieure.

Newsletters