Culture

La Chine censure le voyage dans le temps

Temps de lecture : 2 min

Début avril 2011, l'Office général de la radio, du film et de la télévision chinois a annoncé sa volonté de bannir le voyage dans le temps des films et séries chinoises, relate le site web China Hush. «Les producteurs et les scénaristes traitent de manière légère une histoire sérieuse, et cela ne devrait plus être encouragé», ont annoncé les membres du Bureau lors d'une réunion du Comité directeur de la télévision.

Après le succès de la série Palace, de nombreux producteurs avaient choisi d'employer ce thème dans les séries chinoises, selon Tencent News (QQ). «En général, le protagoniste vient des temps modernes, et pour une raison quelconque et par quelque moyen que ce soit, il voyage dans le temps jusqu'en Chine ancienne […] et finalement tombe amoureux d'une personne de cette époque», résume China Hush.

Au-delà des comédies dramatiques surjouées, l'Office a aussi précisé que les Quatre Grands Romans Classiques (四大名著, quatre romans connus et influents en Chine) ne devraient pas être réadaptés dans un futur proche. Ils étaient jusqu'ici réadaptés chaque année ou presque.

Cette utilisation du voyage dans le temps est vue comme un «moyen de s'échapper de la réalité comtemporaine, de la Chine communiste», selon le New Yorker. Elle est autant un moyen de rêver de liberté et qu'un cri contre ces règles despotiques. «L'imagination —la libération du soi intérieur— est un moyen de lutte politique en elle-même», conclut le New Yorker.

Photo: extrait de Shen Hua (Le Mythe), série populaire chinoise.

Slate.fr

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters