Monde

Japon: la catastrophe de Fukushima atteint le niveau de Tchernobyl

Slate.fr, mis à jour le 12.04.2011 à 10 h 02

Les autorités japonaises ont «provisoirement» déclaré que l'accident nucléaire de la centrale de Fukushima, déclenché par le séisme et le tsunami du 11 mars, avait atteint le niveau 7 de l'échelle internationale des désastres nucléaires: c'est le plus haut niveau de l'échelle, seulement atteint auparvant par Tchernobyl, et qui consiste en «un rejet majeur avec des effets considérables sur la santé et l'environnement».

Jusque-là, l'agence de sûreté nucléaire et industrielle de l'archipel jugeait que l'accident ne méritait qu'un niveau à 5. L'Autorité de sûreté du nucléaire française considère que l'accident avait atteint le niveau 6 depuis le 15 mars déjà, soit un niveau au dessus de Three Mile Island, mais un en-dessous de Tchernobyl.

L'agence japonaise affirme que les réacteurs endommagés de Fukushima Daiichi ont dégagé 15 fois la quantité d'iode radioactive nécessaire pour atteindre le plus haut niveau de l'échelle internationale des désastres nucléaires, rapporte CNN, mais précise que cette quantité reste environ l'équivalent de 10% de celle dégagée par Tchernobyl.

Fukushima Daiichi a pour l'instant dégagé un septième de la quantité de Césium-137 relâchée par Tchernobyl, estime également l'agence. Le niveau est «provisoire» parce que le niveau définitif ne sera décidé que lorsque la catastrophe sera terminée.

Zone d'évacuation agrandie

Le gouvernement japonais a également évacué lundi 11 avril plusieurs villes au-delà de la zone de danger définie autour de la centrale de Fukushima, prévenant que les résidents pourraient recevoir des doses importantes de radiations dans les mois à venir.

Le New York Times a réalisé une carte montrant la zone d'évacuation établie par le gouvernement japonais, celle où le Japon conseille aux habitants de rester confinés chez eux, celle recommandée par l'ambassade américaine, ainsi que les villes en dehors de la zone du gouvernement japonais mais qui seront évacuées:

Un représentant du gouvernement a également envisagé la possibilité que la crise qui dure depuis un mois à la centrale pourrait se prolonger:

«Les choses sont relativement plus stables, et ça se stabilise. Mais nous devons être prêts à la possibilité que la situation empire.»

Une heure après son annonce, un nouveau tremblement de terre avait lieu, forçant les employés de la centrale encore présents sur place à être évacués, et provoquant une panne d'électricité de 40 minutes dans les trois réacteurs endommagés.

Photo: Le réacteur n°4 de Fukushima, photographié par Tepco, le 22 mars 2011.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte